Dissensions au sein du gouvernement autour de l’emprunt obligataire

Dissensions au sein du gouvernement autour de l’emprunt obligataire

113
SHARE

Une cérémonie officielle de lancement de la campagne médiatique sur l’emprunt obligataire interne de l’État, baptisé « Emprunt pour la croissance économique » s’est tenue hier, mardi 12 avril, à la résidence d’État de Djenane El Mithak.

Le ministre des Finances, Abderrahmane Benkhelfa, avait dévoilé, la veille, les modalités de souscription à l’emprunt. En fait, il se pourrait qu’il y ait des modifications à la marge quant aux modalités d’application. Pourtant, le ministère des Finances à tout fait pour accélérer (et précipiter ?) son lancement.

En réalité, la manière dont a été mené le projet ne fait pas l’unanimité au sein du gouvernement. Par exemple, l’on considère que la valorisation des obligations à 50 000 dinars le coupon est trop élevée, car elle exclut de fait les petits porteurs. Elle prive donc l’État d’une participation plus large, du grand public et pourrait donc ne pas susciter l’engouement, selon des sources proches du dossier.

Par ailleurs, la rencontre, tenue à la résidence d’État de Djenane El Mithak, s’est tenue sous le haut patronage du premier ministre Abdelmalek Sellal. Or, ce dernier devait être présent lors de la cérémonie. Ainsi, son absence « n’est pas anodine », nous confie-t-on.

Source de l'article : cliquez-ici