Une assiette a été dégagée pour la réalisation de 70 000 logements...

Une assiette a été dégagée pour la réalisation de 70 000 logements : Tebboune relance le chantier AADL à Alger

136
SHARE

Tebboune-300x160.jpgL’opération de révision du plan d’orientation de l’aménagement et de l’urbanisme a accouché de l’affectation de nouvelles assiettes foncières, d’une superficie de 500 hectares au niveau de 18 communes, destinées à la construction de 70 000 logements inscrits au programme de location-vente AADL.

C’est ce qui ressort de la séance de travail ayant regroupé les cadres du ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville ainsi que ceux de la wilaya d’Alger.
Le ministre de l’Habitat, Abdelmadjid Tebboune, a indiqué que AADL compte réaliser un total de 190 000 unités supplémentaires, mais que les contraintes foncières ont retardé la réalisation opportune. Cette dotation de parcelles de terrain est venue à point nommé pour y remédier dans une période où la demande de logements va s’accroissant. Selon des statistiques, l’on avance 400 000 demandes annuelles en l’espèce, dont un peu de la moitié est satisfaite.
Le ministre a, toutefois, insisté sur la préservation des terres agricoles sauf celles considérées comme marginales, et celles à faible rendement. Dans ce cadre, il a été rappelé le cas de 24 665 familles occupant des haouach, s’étendant sur 644 sites, au niveau de 32 communes. Il a été préconisé, en ce sens, leur fixation du fait qu’elles exercent une activité agricole, mais en procédant, pour plus d’équité, à l’examen de leur situation au cas par cas, car certaines d’entre elles ont été construites illégalement sur des terres domaniales ou communales. L’objectif étant, comme la souligné Tebboune, de veiller à ce que les efforts visant la réduction des poches de misère et de précarité ne soient pas un appui à la prolifération des habitations illicites.

Pour sa part, le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, a recommandé d’intégrer, dans le fichier national, le classement du foncier et la nature de l’activité des populations, et ce, dans le but d’assainir le premier cité des anciens bénéficiaires d’un logement ou de l’aide de l’État.
Par ailleurs, le chef de l’exécutif de la wilaya d’Alger annonce le lancement, en mai, de la 21e opération de relogement, qui contribuera, avant le mois de Ramadhan, à cataloguer Alger comme première capitale arabe et africaine exempte de bidonvilles. L’opération concerne 7 000 logements publics-locatifs et 2 000 logements sociaux participatifs, ce qui donnera un total de 39 000 familles relogées dans le cadre de ce programme depuis son lancement à ce jour (30 000 logements publics-locatifs, et 9 000 logements sociaux participatifs). Outre cela, 8 000 logements seront distribués avant le mois de Ramadhan.

Du gré à gré avec une short list des entreprises chargées des VRD
Pour faire face au retard dans la réception des projets, le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelmadjid Tebboune, rassure quant à l’élaboration prochaine d’une short list des entreprises spécialisées dans les voiries et réseaux divers (VRD), qui en sont à l’origine. «Mon département est sur le point de trouver une solution définitive à la réalisation des VRD dans les projets de logement, laquelle consiste en l’élaboration d’une nouvelle short list des entreprises activant dans ce domaine », tient-il à indiquer. Les OPGI et les agences AADL peuvent y recourir à leurs services, pour conclure directement un marché en vue de livrer les projets de logements dans les meilleurs délais.

Nouvelle-ville Sidi-Abdallah : le décret sera signé incessamment
À propos de la nouvelle ville de Sidi-Abdallah, les deux responsables cités sont tombés d’accord sur l’utilité d’accélérer le processus d’adoption du master plan pour le soumettre au gouvernement, afin de signer le décret le concernant. Le master plan détermine les limites de la ville et les modalités d’exploitation de ses espaces, indique-t-on. Le ministre fera savoir, également, que les contrats de concession devant être délivrés aux promoteurs immobiliers, afin d’y ériger leurs programmes, ont été annulés.
En ce qui concerne les projets d’habitation, ce dernier a indiqué qu’elles occuperont 21% de la superficie globale de la ville nouvelle, et que, globalement, les investissements technologiques de haute définition dans les domaines de la médecine et des télécommunications, ainsi que les pôles pharmaceutique, universitaire, de services et de loisirs seront priorisés par rapport aux industries légères et de consommations, celles-ci étant définitivement exclues.
Les infrastructures de loisirs et services proposés par des particuliers verront leurs contrats de réalisation résiliés si les travaux ne sont pas entamés dans deux mois.
Dans le même esprit répressif, il sera mis fin au marché dont ont bénéficié des entreprises au niveau du site destiné au pôle pharmaceutique, au cas où ces dernières ne signeront pas le cahier des charges. Ce sont là deux mises en garde prononcées par le ministre.
Par ailleurs, ce dernier annoncera, selon les promesses de la société BATIGEC, la réception, en juillet, du projet de logements sociaux participatifs de Draria.
Zaid Zoheir

Source de l'article : cliquez-ici