Commerce: Les marchands sommés de rejoindre leurs box avant le ramadhan

Commerce: Les marchands sommés de rejoindre leurs box avant le ramadhan

113
SHARE

8ad3634b86c1ec1418e88ea5347456a0_S.jpgLes commerçants qui squattent la voie publique sont désormais appelés à rejoindre leurs box dans les marchés de proximité. Les services de la wilaya comptent lancer la réorganisation de l’activité commerciale à travers une vaste campagne d’assainissement de la voie publique. Ces commerçants sont bénéficiaires de décisions d’attribution de box à l’intérieur de ces enceintes commerciales mais refusent toujours d’intégrer le circuit légal de l’activité. Une situation qui a fini par avoir son lot de conséquences notamment en matière d’insalubrité, de nuisances sonores, de squat d’espaces publics entre autres. Ainsi, en prévision du mois de ramadhan et de la saison estivale, les services de la wilaya ont instruit l’ensemble des maires à se pencher sérieusement sur le dossier.

Les commerçants squattant la voie publique doivent rejoindre leurs box. Dans le cas contraire, des mesures fermes allant à l’annulation de la décision d’attribution seront appliquées. Ces cas ont été constatés dans plusieurs communes et quartiers de la ville où plusieurs marchés de proximité ont été désertés alors que l’Etat a débloqué des sommes colossales pour leur réalisation.

Certains, malheureusement, ont été implantés dans des zones éloignées ce qui justifie la position des bénéficiaires. Des propositions pour les transformer en d’autres infrastructures seront étudiées pour enfin répondre aux besoins exprimés de la population.

Toutefois, le squat des espaces publics se pose avec acuité dans plusieurs quartiers de la ville en dépit de l’arrêté du wali d’Oran visant à éradiquer ce fléau. En effet, ces marchés de proximité portent sur la réalisation de structures légères avec des box pouvant abriter des commerçants ambulants et ceux activant dans l’informel. Ce nouveau concept retenu par les services de la wilaya devait nettement apporter ses fruits puisqu’il a pour objectif d’assainir la voie publique et d’autre part insérer ces commerçants dans le circuit légal de l’activité. A noter qu’une enveloppe de 380 millions de dinars a été débloquée pour la réalisation de ces enceintes lesquelles visent à résorber le chômage.

Les responsables locaux optent pour les cités nouvellement construites à l’exemple de la cité AADL et également d’autres communes comme El-Kerma, Sidi-Chahmi, Ain El Bia, Boutlélis, Aïn El-Turck, El Braya, Arzew entre autres. Après la réalisation de 6 marchés de proximité dont 2 à Hai Yasmine, 1 à l’USTO, 2 autres à Belgaïd et un autre à Seddikia, les services de la wilaya veulent adopter le même concept à d’autres zones, expansion démographique et urbanistique oblige.

Source de l'article : cliquez-ici