Tahkout va construire des voitures iraniennes en Algérie

Tahkout va construire des voitures iraniennes en Algérie

122
SHARE

khodro-saipa-samand-lx_858580_679x417.jpgL’accord a été scellé à l’issue du forum d’affaires algéro-iranien au partenariat économique entre les deux pays. Deux accords ont été signés pour la réalisation d’unités de montage et de fabrication de pièces de rechanges des marques Saipa et Khodro. 

Dans la foulée des accords à cette occasion, il eut l’accord passé entre le groupe algérien Tahkout et le constructeur automobile iranien Saipa pour la réalisation d’un grand complexe composé d’une quinzaine d’usines à Tiaret  à l’Ouest du pays. Ce complexe qui coutera près 300 millions de dollars, sera composé d’une usine pour le montage des véhicules touristiques et une autre pour les véhicules utilitaires. L’autre accord, également dans l’industrie automobile est passé entre le groupe privé Rahmouni et le constructeur iranien Khodro pour le montage de véhicules de cette marque en Algérie. Egalement, deux usines sont destinés à cette industrie seront implantés à Alger et Relizane pour fabriquer des véhicules légers roulant au GNC.

Après un arrêt qui a duré prés de 8 ans, la coopération algéro-iranienne reprend à la faveur de la réactivation du comité industriel algéro-iranien boosté par la volonté des deux pays de saisir toutes les opportunités en vue de concrétiser un partenariat économique intégré entre les deux pays.

Le procès-verbal de la 2e réunion de ce comité, mis en place en 2003, prévoit le renforcement de la coopération entre les ministères de l’Industrie de l’Algérie et de l’Iran et les institutions de financement dans les deux pays pour faciliter le financement des projets industriels communs.

Il est attendu du coté algérien, comme souligné par le ministre de l’industrie et des mines que la partie iranienne participe activement à la diversification de l’économie nationale en bénéficiant de son expérience et de son expertise.

Les iraniens de leur coté, ont fait montre d’un grand intérêt pour les partenariats avec l’Algérie dans l’industrie pétrolière, la pétrochimie et la production de l’énergie, ceci, en plus du transport ferroviaire.

Source de l'article : cliquez-ici