Les concessionnaires ont finalisé leurs plans sociaux Automobile : plus de 50...

Les concessionnaires ont finalisé leurs plans sociaux Automobile : plus de 50 000 emplois menacés

148
SHARE

d-automobile-plus-de-50-000-emplois-menaces-75a65.jpgEn cessation de paiement depuis le 4 janvier dernier, certains concessionnaires automobiles ont baissé leurs budgets à tous les niveaux pour maintenir les emplois.

Les concessionnaires automobiles sont au bord de l’asphyxie financière. Et pour cause, les quotas définis en montants et rendus publics par le ministère du Commerce le 10 mai dernier ont mis les représentants des marques automobiles devant le fait accompli.
Notamment les grosses cylindrées du marché qui ont bénéficié de quotas infinitésimaux et représentant à peine 30 jours d’activité dans leurs propres succursales au niveau d’Alger.

Résultat : plus de 500 agents agréés au niveau des 48 wilayas vont mettre la clé sous le paillasson.
Depuis janvier à ce jour, ces agents n’ont pas fructifié leurs investissements, sachant que chaque point de vente et de l’après-vente (SAV) emploie entre 10 et 50 personnes, entre agents commerciaux et agents de maintenance.
Hier, une source proche du dossier a révélé à Liberté que plus de 50 000 emplois directs sont menacés par cette crise qui frappe de plein fouet le secteur de l’automobile en Algérie.
Deuxième secteur après celui du bâtiment en termes de création d’emplois, l’automobile emploie 53 000 CDI (contrats à durée indéterminée) et 11 000 CDD (contrats à durée déterminée).
Autour de cette activité qui développe 32 métiers, ce sont près de 15 000 autres emplois indirects qui risquent de disparaître après le mois du Ramadhan.

Ces 15 000 personnes sont employées dans la sous-traitance, la logistique, le dédouanement, le transit, le transport et le transfert des véhicules vers les zones sous douanes et les showrooms, la communication et l’événementiel, la formation, etc. Les concessionnaires joints, hier par nos soins, ont confirmé avoir finalisé des plans sociaux. Selon nos sources, ces plans devront entrer en vigueur le mois prochain, d’autant que l’importation des véhicules neufs prendra encore du temps pour la majorité des concessionnaires.
En ce sens, indique une autre source, certains concessionnaires tablent sur 70 et 80% des personnels à indemniser à partir du mois de juillet.

Les autres comptent lancer d’autres plans à partir du mois d’août à travers leurs réseaux de distribution, eux aussi touchés par cette crise. “On ne peut pas licencier des pères de famille à la veille du mois de Ramadhan. C’est irrationnel. Nous avons fonctionné au-dessus de nos moyens depuis le mois de janvier dernier. Nous avons baissé les charges et les budgets de communication pour sauver les emplois. Aujourd’hui, ces mêmes employés sont conscients que le secteur est en crise et qu’ils devront trouver des palliatifs pour subvenir à leurs besoins. Après, nous sommes en cessation de paiement et les quotas affectés, à l’instar de plusieurs concessionnaires, ne suffiront pas à répondre aux besoins de nos agents répartis dans toutes les wilayas, d’une part, et les besoins en termes de salaires, d’autre part”, nous a expliqué un concessionnaire.

Aussi, révèle un autre importateur, “le ministère du Commerce est en train d’étudier les recours introduits par une trentaine de concessionnaires. De notre côté, on espère que ledit ministère sera sensibilisé et reverra les quotas à la hausse en attendant le lancement des projets industriels pour la conversion des personnels. Mais si la chose se corse, on n’aura aucun choix. On devra passer aux licenciements massifs !” Entre-temps, révèle la même source, “certains concessionnaires font travailler leurs employés à mi-temps pour éviter leur licenciement”.
En attendant les réponses du ministère du Commerce, destinataire des recours, mais aussi d’une demande d’audience de l’Association des concessionnaires automobiles algériens (AC2A), les employés retiennent leur souffle dans un climat très tendu.

Source de l'article : cliquez-ici