Sonatrach investira 73 milliards de dollars en quatre ans

Sonatrach investira 73 milliards de dollars en quatre ans

173
SHARE

Les investissements de la compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach devraient dépasser les 73 milliards de dollars entre 2016 et 2020, a indiqué, mardi à Alger, le ministre de l’Énergie, Salah Khebri.

« Le volume d’investissements prévus par Sonatrach pour 2016-2020 dépasse les 73 milliards de dollars dont les deux tiers dans l’exploration-production. Ce qui dénote de la volonté de l’Algérie de maintenir la production nécessaire pour satisfaire la demande nationale en constante croissance », a affirmé le ministre dans son allocution d’ouverture du 1er forum algéro-UE sur l’énergie.

Les réalisations de l’Algérie en matière d’hydrocarbures ont nécessité, a-t-il poursuivi, des investissements de grande ampleur dont les montants cumulés, entre 2000 et 2015, avaient atteint les 100 milliards de dollars consentis par Sonatrach et ses partenaires.

Concernant la capacité installée des exportations gazières de l’Algérie, elle a été portée à près de 90 milliards m3/an dont plus de 50 milliards m3/an via les trois gazoducs dédiés à l’Europe, tandis que le reste est formé de GNL, selon lui.

L’Algérie a fourni au total plus de 1 500 milliards m3 sous forme de GNL et par gazoducs, a-t-il précisé.

Pour ce qui est de la production des hydrocarbures, elle a atteint près de 200 millions de TEP en 2015 et devrait reprendre progressivement sa croissance dès 2016 pour atteindre 241 millions TEP en 2020, a fait savoir le ministre.

À moyen terme, a-t-il avancé, il est escompté que la production primaire d’hydrocarbures renoue avec la croissance à partir de 2016 pour atteindre 241 millions TEP en 2020 grâce à la mise en exploitation de nouveaux gisements et à l’amélioration du taux de récupération des gisements existants.

Quant à l’électricité, dont le taux de couverture a atteint 98%, M. Khebri a avancé que d’ici à 2030, la demande sur l’électricité devrait tripler à 150 terawatts/heure alors que la consommation du gaz naturel devrait plus que doubler, de même que celle des produits pétroliers.

Source de l'article : cliquez-ici