Le difficile pari de Nokia dans les smartphones

Le difficile pari de Nokia dans les smartphones

137
SHARE
En ressuscitant sa marque dans le marché ultra-concurrentiel des terminaux intelligents et des tablettes, le géant finlandais affiche sa volonté de redevenir une marque grand public. Mais les analystes sont pour le moins dubitatifs sur ses chances de succès.

Nokia n’a toujours pas fait son deuil. Après avoir loupé le virage des smartphones à la fin des années 2000, l’ex-numéro un mondial du mobile se relance dans les terminaux intelligents. La semaine dernière, le géant finlandais l’a annoncé : malgré ses cuisants échecs passés, et après s’être fait tailler des croupières par Apple et Samsung, le voilà de retour sur le marché des smartphones et des tablettes. Pour autant, le groupe, aujourd’hui reconverti en équipementier télécoms après avoir vendu son activité mobile à Microsoft en 2014, ne se mouille pas trop. C’est peu dire.

Concrètement, Nokia a cédé les droits de sa marque pour dix ans à une nouvelle société finlandaise, HMD Global. C’est elle qui supervisera l’élaboration des smartphones et tablettes, et se chargera de leur commercialisation. La production, elle, sera assurée par une filiale de l’industriel taïwanais Foxconn, qui fournit des composants électroniques à toute la planète high-tech. Dirigé par Arto Nummela, un ancien de Nokia, HMD Global compte investir 500 millions de dollars sur trois ans. Aux yeux du géant finlandais, il s’agit d’un investissement sans risque, puisqu’il ne figure pas au capital de la société. En clair, Nokia se contentera d’engranger les royalties sur les ventes des produits portant son logo.

« La marque n’est pas assez forte »

Dans ce contexte, les nouveaux smartphones Nokia ont-il une chance de faire leur nid ? Analyste chez Gartner, Annette Zimmermann se montre pour le moins sceptique :

Pour Annette Zimmermann, HMD Global va devoir travailler finement son positionnement s’il veut avoir une chance de relancer la marque finlandaise. Elle fait notamment référence à Wiko, une marque française de smartphones low-cost :

« Il y a deux ans, cette marque était totalement inconnue. Aujourd’hui, leurs ventes ont bien progressé. Ils commencent à s’exporter dans plusieurs pays en Europe et en Afrique, tout en cherchant à monter en gamme. Ce succès, ils le doivent à leur stratégie, qui consiste à viser les jeunes technophiles, mais qui ne peuvent mettre beaucoup d’argent dans leur smartphone. »

Logo La TribunePlus d’information sur l’économie et la finance sur La Tribune.fr

Source de l'article : cliquez-ici