Projet Peugeot Algérie: Bouchouareb tranchera mercredi

Projet Peugeot Algérie: Bouchouareb tranchera mercredi

171
SHARE

2014-usinepeugeot6_127744604.jpgLe Président-directeur général du groupe Condor, Abderrahmane Benhamadi, a déclaré à notre quotidien que le dossier du projet Peugeot Algérie a connu une avancée certaine.

Dans ce sens, il a affirmé que les actionnaires vont se réunir demain mercredi au ministère de l’Industrie et des Mines pour relancer ce projet et que le gouvernement aura son mot à dire.

Selon le directeur de Condor, qui est un actionnaire, à hauteur de 15.5%, dans ce projet, initié selon la règle 51/49, à l’avantage de la partie algérienne, le dossier est resté à l’étude depuis la dernière visite de Valls en Algérie où l’accord de partenariat de l’usine Peugeot, qui devait être construite à Oran, devait être finalisé.

Les autres actionnaires de la partie algérienne sont l’entreprise publique PMO, basée à Constantine, spécialisée dans la production de machines-outils, d’organes et de pièces et Propharmal, un laboratoire pharmaceutique spécialisé dans la production sous licence et le façonnage de spécialités pharmaceutiques où dans son capital, on retrouve le français Eurapharma, considéré comme  les leaders de la distribution de produits et services pharmaceutiques en Afrique.

Par ailleurs, dans un précédent entretien, il avait déclaré  que ce partenariat vise la fabrication des véhicules Peugeot et Citroën en Algérie en vue d’éventuellement exporter ces produits, en précisant que dans un premier temps, il sera question de l’assemblage de trois modèles Peugeot et Citroën. Condor se chargera de fabriquer une partie des équipements tels que les pare-chocs, les pots d’échappement, les sièges, les plaquettes de frein et autres. Ce qui permettra d’arrêter l’importation des pièces de rechange qui seront fabriquées localement. Ce projet ambitionne de créer entre 1000 et 1500 emplois dans les trois années de son lancement et vise aussi un ambitieux taux d’intégration de 40%, d’ici 2022, avec un coût qui ne dépassera pas les 100 millions d’euros.

Source de l'article : cliquez-ici