Algérie Poste/ Le SG du syndicat limogé par…Sidi-Saïd

Algérie Poste/ Le SG du syndicat limogé par…Sidi-Saïd

133
SHARE
Algérie Poste/ Le SG du syndicat limogé par…Sidi-Saïd

Le SG du syndicat de Poste Algérie a été limogé par le premier responsable de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Abdelmadjid Sidi-Saïd, qui applique ainsi les directives du gouvernement visant à étouffer tout mouvement social de protestation.   

Le secrétaire général du syndicat des travailleurs de la poste a été révoqué à peine quelques jours après son élection à la tête de cet organisme. Le gouvernement a exprimé à travers cette action, sa volonté d’avorter toute action de protestation initiée par les fonctionnaires du secteur public. C’est le tout puissant SG de l’UGTA qui a exécuté la besogne, suscitant l’émoi chez les travailleurs du secteur. Le responsable de la centrale syndicale a clairement affiché son allégeance sans failles à l’exécutif même si, ce parti pris, se fait au détriment des intérêts des travailleurs. La mesure répressive prise par l’UGTA s’inscrit dans le cadre de la politique de la carotte et du bâton mise au point par le Premier ministre.

Ce dernier a, selon des informations rapportées par le quotidien « El-Khabar » auprès de responsables du syndicat, été catégorique en instruisant ses “hommes” de se rapprocher du peuple afin d’absorber une grogne populaire grandissante. À cet effet il a ordonné aux responsables des organismes publics d’être à l’écoute des citoyens et tenter, coûte que coûte, de les calmer.

Par ailleurs, le patron de l’Union générale des travailleurs algériens, Abdelmadjid Sidi-Saïd, a menacé publiquement tous les syndicalistes affiliés à la centrale d’être banni s’ils initient des mouvements de protestation.

A noter en outre que les services de la police judiciaire ont également été mobilisés afin de mener une vaste enquête pour avorter le mouvement de grève en gestation au niveau des bureaux de poste. L’exécutif a eu vent d’une possible grève malgré l’opposition de la centrale syndicale.

Cette démarche traduit les appréhensions des autorités qui redoutent les répercussions d’une telle grève à l’approche du mois de ramadan sachant que la majorité des salariés sont tributaires des services de la poste.

Massi M.

Source de l'article : cliquez-ici