Bouira Des femmes et des enfants otages des terroristes ?

Bouira Des femmes et des enfants otages des terroristes ?

144
SHARE

arton10133-7a731.jpgL’opération militaire déclenchée le 17 mai dernier et qui s’est soldée, pour le moment, par l’élimination de 11 terroristes et la capture d’un douzième, se poursuit toujours mais est en butte, depuis mardi dernier, à une sorte de blocage.

Selon des sources sécuritaires sûres, depuis mardi, les chefs militaires qui supervisent cette opération depuis leur QG installé sur les hauteurs de la crête Ighil Zeggagh, que nous avons déjà évoquée au début de cette opération et qui domine cette forêt, sont confrontés à un dilemme : les trois terroristes qui restent du groupe encerclé depuis le début et qui était composé de quinze individus, selon les informations précises fournies aux militaires par un terroriste capturé vivant au tout début de l’opération, se seraient retranchés dans une casemate dans laquelle vivaient, depuis plusieurs mois, des femmes et des enfants.

Aussi, et selon toujours notre source, ces familles des terroristes auraient été utilisées pour le moment comme véritable bouclier par ces trois terroristes parmi lesquels un certain Gerrache Boudjemâa, un terroriste notoire, ancien du GSPC et d’Aqmi et qui aurait rallié récemment le groupe Jund Al Khalifa, qui avait fait allégeance à Daesh.
Outre cela, et toujours selon notre source, c’est parce que ces trois terroristes, qui sont étrangers à la région, n’auraient aucun lien avec les familles qui vivaient jusque-là dans ces casemates, qu’ils sont prêts à se faire exploser et refusent toute négociation avec les miliaires.

Des militaires qui font tout pour épargner la vie à ces enfants et ces femmes dont on sait, par expérience, surtout pour les femmes, qu’elles sont forcées de suivre leurs époux terroristes dans les maquis.

Hier, alors que les négociations se poursuivaient, nous avons appris que les militaires ont découvert un câble électrique qui relie l’une des casemates qui se trouvait dans cette forêt à un poulailler situé à près de 400 mètres des lieux ; signe que ces terroristes ne vivaient pas totalement dans la préhistoire ; l’expérience nous ayant appris que ceux-ci utilisent dans ces casemates même les micro-ordinateurs qui les lient au monde extérieur et leurs chefs terroristes d’Orient, via internet.
H. M.

Source de l'article : cliquez-ici