Ecole normale supérieure de Bouzaréah (Alger)/Une campagne appelant les filles à porter...

Ecole normale supérieure de Bouzaréah (Alger)/Une campagne appelant les filles à porter le hidjab suscite des inquiétudes

127
SHARE
Ecole normale supérieure de Bouzaréah (Alger)/Une campagne appelant les filles à porter le hidjab suscite des inquiétudes

Polémique à l’Ecole normale supérieure de Bouzaréah (ENS), située sur les hauteurs d’Alger. Une campagne appelant les filles à porter le hidjab suscite de véritables inquiétudes d’autant plus que les promoteurs de cette campagne “islamo-conservatrice” verse dans des dérapages très dangereux.

En effet,  les promoteurs de cette obscure campagne ont placardé sur tous les murs de l’ENS “des affiches” demandant à toutes les étudiantes à se vêtir du voile.  “Des affiches partout, à perte de vue, tapissent les murs de l’école, à partir de l’entrée jusqu’au coin le plus reculé”, nous apprend ce lundi le quotidien El Watan. D’après la même source, les slogans diffusent par cette affiche ne laissent aucun doute sur les intentions très salafistes des promoteurs de cette campagne. “Ma sœur : le hidjab ne voile pas que tes cheveux,  il voile aussi ton honneur”, exhorte une affiche qui appelle les étudiants à se voiler “pour satisfaire Dieu et non pour satisfaire ses créatures”. “El hidjab n’est pas seulement se couvrir la tête, mais c’est des habits larges qui ne décrivent pas et ne montrent pas”, explique un autre slogan placardé à l’entrée de cet établissement d’enseignement supérieur censé former les enseignants de demain…

La polémique fait rage entre les étudiants et les enseignants de l’ENS. Selon des sources qui travaillent au sein de cette école, de nombreux enseignants ont clamé leur indignation face à ce qu’ils qualifient de “graves violations de l’enceinte universitaire”.  Mais le ministère de l’Enseignement supérieur n’a toujours pas réagi face à cette campagne et son silence intriguant nourrit une dangereuse complicité qui porte un énorme préjudice aux libertés individuelles des étudiantes algériennes.

Source de l'article : cliquez-ici