Hanni : « La concurrence ne me fait pas peur »

Hanni : « La concurrence ne me fait pas peur »

128
SHARE

Après avoir fait parler de lui en Belgique où il a été élu cette saison meilleur joueur de la Jupiler Pro League, Sofiane Hanni veut désormais s’imposer en sélection algérienne. Il croit en son étoile et n’a guère peur de la rude concurrence qui règne dans le secteur offensif chez les Verts.

« J’arrive dans une équipe où il y a une grosse concurrence dans le secteur offensif, avec Slimani, Soudani, Mahrez, Feghouli, Brahimi, Ghezzal… Là aussi, je sais ce qui m’attend, et cela ne me fait pas peur. Je vais faire ce que j’ai toujours fait : travailler ! », a indiqué le nouveau sociétaire d’Anderlecht dans un entretien accordé à Jeune Afrique.

« Les joueurs voulaient que Gourcuff reste »

Questionné sur le divorce entre la FAF et Christian Gourcuff qui l’a fait venir en sélection algérienne, Hanni a confirmé que ses camarades regrettent le départ de l’ancien entraîneur de Lorient. « Je n’ai pas vraiment eu l’occasion de le connaître. Ce que je sais, c’est que les joueurs l’appréciaient beaucoup. Ils voulaient qu’il reste», a confié l’ancien nantais, ravi de faire partie des Verts. « En ce qui me concerne, être appelé en sélection, cela représente quelque chose. J’avais déjà joué pour les espoirs algériens il y a 5 ans… L’Algérie fait partie des meilleures équipes d’Afrique. Il n’y a pas longtemps, on parlait surtout de sa qualité collective. C’est toujours le cas, mais on parle désormais davantage de ses qualités individuelles, avec ce qu’ont réalisé cette saison Mahrez avec Leicester ou Slimani au Sporting Lisbonne », a-t-il expliqué.

« Le futur sélectionneur sera étranger »

S’agissant du successeur de Gourcuff, Hanni confirme qu’il sera un étranger tout en soulignant que le sujet n’emballer pas trop le groupe . « On entend des choses, mais rien de plus. Ce dont tout le monde est certain, c’est que le futur sélectionneur sera étranger. Je suppose que la Fédération s’active pour trouver un sélectionneur renommé et expérimenté. L’Algérie est attractive, et elle a des arguments… », a-t-il conclu.

Source de l'article : cliquez-ici