La mafia ou le peuple au pouvoir : l’armée doit trancher !

La mafia ou le peuple au pouvoir : l’armée doit trancher !

174
SHARE

armee-1784985_486781918.jpgL’heure est grave, la vacance du pouvoir et l’absence de direction politique capable de faire face à la gestion des affaires de la nation, la vasectomisation du parlement et du conseil consultatif qui demeurent stériles aux questions relatives au respect de la constitution en cohérence avec la loi, et le pourrissement du climat général sont des éléments annonciateurs que l’Algérie se dirige inévitablement vers une situation périlleuse.

La « syrianisation » de notre pays est à la limite de nos frontières et le basculement vers l’inconnu pourrait produire un autre drame génocidaire. Les calculs machiavéliques de ceux qui maintiennent en otage une personne inconsciente sur le fauteuil du pouvoir et leur refus de remettre en toute l’égalité la destinée de la patrie aux mains des enfants du peuple, sont des preuves incontestables que leurs objectifs est de continuer à s’accaparer de nos richesses et d’avoir la mainmise sur les corridors du pouvoir pour avoir le pouvoir de faire et de défaire les situations, de nommer et de gommer les patriotes sincères et d’apostropher les créateurs de richesse et les hommes de science pour le refus de se soumettre à l’ordre de l’aberration.

Dans ce contexte, l’intégrité du pays plongera dans une problématique qui répond aux enjeux et aux desseins de ceux qui ne sont algériens que pour chaliser les richesses nationales. Ces personnes venues d’ailleurs par infraction, fonctionnent à la solde des intérêts étrangers et aux ordres de la nouvelle géométrie politique internationale.

Il est temps de remettre notre pays sur les rails de la légalité constitutionnelle, de respecter les mécanismes démocratiques et de sacraliser les valeurs ancestrales pour éviter la déliquescence de notre société et de pouvoir faire face à tous les dangers qui trament autour de notre intégrité territoriale et de notre souveraineté.

Les démons du passé et les gros ventres d’aujourd’hui s’incrustent dans le corps de nos institutions par adhérence et en sous-traitance avec le royaume de Zéralda pour enfanter un reptile humanoïde qui assurerait la continuité sur la voie de la corruption et la pérennisation des richesses colossales construites à l’aube des dragons. Bouteflika a travaillé durant ses mandats dans la destruction, l’exploitation et l’humiliation des compétences nationales et patriotiques avec malice et hostilité et termine son parcours du combattant Chvéik avec impuissance de parler au peuple et l’interdiction de retrouver la paix et le sommeil éternel.

Les stratagèmes diaboliques, les conditions appropriées, le plan directeur, la fiche de route et l’environnement sont réunis pour banaliser notre histoire à la limite de l’inconscience, de la tricherie et de la honte. À la lumière de ce lifting politique et ses mises-en-scène moyenâgeuses qui ridiculisent notre image à l’international, notre pays saigne et la douleur est profonde. Il faut que nos institutions prennent conscience que :

  • Il ne faut pas avoir peur du peuple, il est le seul dépositaire et le garant incontestable de notre unité, de notre souveraineté, de notre sécurité, du rétablissement de la paix et de l’édification d’une société de droit et demeure la composante principale de toutes les forces et les institutions de la nation ;
  • Il ne faut pas avoir peur des montages de dossiers à des fins mafieuses pour traduire devant le TPI certains acteurs de la décennie noire et qui sont opposés aux comportements du clan au pouvoir ;
  • Il ne faut pas avoir peur de l’activation des réseaux qui financent le terrorisme et l’intimidation en vue d’imposer un diktat aux services concernés par la sécurité ;
  • Il ne faut pas avoir peur de ces grandes richesses construites frauduleusement à l’ombre des quatre mandats de Bouteflika ;
  • Il ne faut pas avoir peur du mythe de la dérision et de la politique de psycho-phobie, et que l’après-Bouteflika c’est le déluge est une conception qui relève du vaudouisme ;

Devant cette situation précaire, l’armée avec l’ensemble de ses enfants qui ont grandi dans le berceau des cadets de la révolution et ceux du DFM entre autres, doit prendre ses dispositions et doit trancher en faveur des intérêts suprêmes de la nation. Car il est inconcevable que l’institution militaire, héritière de l’ALN reste observatrice de ce qui se produit sur la scène politique, une situation folklorique qui vise à déstabiliser la démarche de la démocratisation de la vie politique, qui reste, seule solution pour remettre le pays sur la voie de novembre et pour donner droit de justice à ces cinquante années de combat militant pour que le citoyen retrouve sa citoyenneté et pouvoir jouir de son indépendance.

Nous assistons à la violation de nos zaouïas qui relèvent de notre patrimoine religieux et ne doivent pas faire l’objet de manipulation politique et d’instrumentation à des fins électoralistes. Cette démarche est immorale et malhonnête. L’implication et l’exploitation de la naïveté et de la gentillesse de certaines acteurs politiques, enrôler pour danser et produire des expositions d’atteinte à l’intégrité morale de ces derniers est inhumaine, ceci est l’oeuvre d’excellence du Rais et de ces voyageurs des ténèbres qui regardent notre Algérie de la haute sphère et qui considèrent que le citoyen algerien est en déficience intellectuelle et qu’il est évident de le traduire sur les terrains de la dérision.

La transgression de l’environnement universitaire par ces électrons libres, imposés par la transatlantique pour museler notre liberté et hypothéquer l’avenir de nos enfants demeure une provocation qui produit des événements de contestation que vit notre pays : manifestations de BEO, de Constantine, de Batna, de plusieurs villes de notre Algérie, et le grand Feu de Sidi-Ferruch qui a anéanti l’ensemble des embarcations de plaisance et de pêche au port. Le reste de cette mascarade en cours est à venir.

Pour assouvir son égoïsme et son égocentrisme et pour avoir anéanti les chances à notre pays d’être le leader de notre monde et avoir le leadership de la démocratisation de notre vie politique, Abdelaziz Bouteflika a fait rater à notre Algérie et à notre peuple la dernière chance de sortir du sous-développement et d’offrir une vie meilleure pour l’ensemble de nos citoyens. Les mille milliards de dollars ont été utilisés pour son bien être politique et la vie complaisante de ceux qui l’ont aidé à institutionnaliser l’économie de la corruption et la médiocratie comme mode de gouvernance.

L’histoire vous jugera pour avoir brisé le rêve de tous nos martyrs et de nos citoyens.

Source de l'article : cliquez-ici