Lutte antiterroriste Fin de l’opération d’Errich

Lutte antiterroriste Fin de l’opération d’Errich

155
SHARE

f6ae93ed368542384aedf40a9140415a_XL.jpgLe dispositif militaire installé depuis le 17 mai dernier et renforcé depuis par des milliers de militaires, a été levé ce dimanche, a-t-on appris, hier, de sources sécuritaires sûres.

Pour rappel, cette opération supervisée par le chef d’état-major de la 1re RM en personne, le général Hadid Nordine, s’est soldée par l’élimination de onze terroristes et la capture d’un douzième, tous des anciens du GSPC et d’Aqmi, et qui s’apprêtaient, selon des informations fiables, à rallier la phalange Jund al Khalifa et à proclamer la reconstitution de la branche Algérie de Daesh, ou wilayate Al Djazaïr, après sa décapitation par l’Armée nationale populaire en mai 2015 à Ferkioua et l’élimination de 25 de ses membres.

Cela étant, outre la mise hors d’état de nuire de 12 terroristes, lors de cette opération, l’armée a réussi à récupérer un lot important d’armes de guerre, des pistolets mitrailleurs de type kalachnikov, des fusils mitrailleurs de type RPK, des fusils semi-automatiques de type Seminov, ainsi que des munitions et des bombes de fabrication artisanale, etc.
D’ailleurs, dans son dernier communiqué publié dimanche, le ministère de la Défense nationale faisait état de la découverte et la destruction d’un atelier de fabrication artisanale ; un atelier qui était, comme nous l’avions rapporté dans l’une de nos précédentes éditions, pourvu d’énergie électrique à travers un câble caché sous terre et relié à un poulailler situé à la lisière de cette forêt.

Par ailleurs, et concernant le sort des trois terroristes supposés être toujours encerclés dans les lieux, nos sources indiquent que ceux-ci avaient réussi à s’enfuir, lors de l’accrochage de mardi dernier qui s’était soldé, rappelons-le, par l’élimination de trois terroristes qui s’ajoutent aux neuf autres déjà mis hors d’état de nuire depuis le début de l’opération alors que pour les femmes et enfants dont la présence avait été signalée par des sources sûres, le mystère reste entier.

Hier, lors de notre déplacement sur les lieux, nous avons remarqué l’ouverture de plusieurs pistes par les bulls au niveau de cette forêt mais aucune trace de militaires.
D’après les riverains, les lieux resteront pour longtemps désertés par crainte de mines que ces terroristes éliminés auraient installées pour protéger leur périmètre.
H. M.

Source de l'article : cliquez-ici