Sidi Abdallah: un contrat de 39 mds DA à des entreprises publiques...

Sidi Abdallah: un contrat de 39 mds DA à des entreprises publiques pour travaux de viabilisation

94
SHARE

99ace67a5e7407c3e4f615456428d5d1_L.jpgUn projet de contrat en gré à gré simple, d’un montant de 39,1 milliards de dinars, accordé à des entreprises publiques pour le parachèvement des travaux de viabilisation de la nouvelle ville de Sidi Abdallah, a été examiné et avalisé par le Conseil des ministres, réuni mardi sous la présidence du Président de la République Abdelaziz Bouteflika.

Conforme aux dispositions du code des marchés publics, ce contrat sera conclu entre le ministère de l’Habitat et un groupement de sociétés publiques conduit par l’entreprise nationale de construction Cosider, indique un communiqué du Conseil.

Pour rappel, ce groupement de sociétés avait remporté deux marchés concernant cette nouvelle ville: le premier concerne le logement pour un montant de 6,48 milliards de dinars (mds DA), tandis que le second porte sur les travaux d’aménagement pour un coût de 77,84 mds DA.

Le décret exécutif de septembre 2004, portant création de la nouvelle ville de Sidi Abdallah, implantée sur les communes de Mehalma, Rahmania, Zéralda et de Douera sur un périmètre de 7.000 hectares (ha), consacre 3.000 ha aux travaux d’urbanisation et d’aménagement.

Il identifie comme fonctions de base de cette nouvelle ville les technologies avancées, la formation et la recherche universitaire ainsi que les fonctions de soutien y afférentes.

Le programme de la ville prévoit notamment des espaces pour le programme d’habitat, une cité des TIC dénommée Cyber-parc, un parc urbain constitué d’espaces verts, de zones de détente et de loisirs et d’un complexe omnisports.

Il prévoit également des instituts universitaires, des centres de recherche et de développement, des zones d’activités, des équipements hospitaliers et de santé, des équipements commerciaux, hôteliers et de services et des infrastructures routières dont une liaison ferroviaire.

A titre d’exemple, le laboratoire international des médicaments Sanofi doit y investir 70 millions de dollars pour la réalisation, dès la fin 2016, de l’un des plus grands complexes pharmaceutiques en Afrique.

En 2006, la réalisation de ces ouvrages a été déclarée « d’utilité publique » en raison de leur caractère stratégique et d’envergure nationale.

Pour ce qui est du logement, 35.900 unités AADL sont en cours de réalisation dans la nouvelle ville, outre les programmes d’autres formules. Ce qui va permettre à cette ville d’abriter 200.000 habitants dès la fin 2018.

Mais les pouvoirs publics ont décidé, récemment, d’annuler tous les contrats de concession destinés aux promotions immobilières libres, aux industries légères et de consommation pour ne retenir que les programmes publics de logement, les investissements technologiques de haute définition dans la médecine et les télécommunications ainsi que les pôles pharmaceutiques, universitaires, de services et de loisirs.

La partie réservée à l’habitat n’occupera ainsi que 20% de la superficie globale de la ville.

Selon les données officielles, le coûts global de réalisation des quatre nouvelles villes de Sidi Abdallah, de Bouinan, de Boughezoul et de Menea s’élève à 500 milliards DA.

Source de l'article : cliquez-ici