Abderrahamane Belayat : « Nous sommes convaincus que Saâdani a été poussé...

Abderrahamane Belayat : « Nous sommes convaincus que Saâdani a été poussé à la démission »

200
SHARE

Abderrahmane Belayat est l’un des adversaires d’Amar Saâdani. Dans cet entretien, il commente la démission du désormais ex-patron du FLN et prévient Ould Abbes.

            | LIRE AUSSI : Saâdani : « Je présente ma démission »

Comment réagissez-vous à la démission d’Amar Saâdani, de la direction du FLN?

Abderrahmane Belayat. Je préfère parler de départ au lieu de démission ou d’éviction. Saâdani constituait un obstacle devant le rétablissement de la situation légale et légitime au sein du parti. Bien entendu, nous n’avons pas combattu la personne, mais les actes. Nous considérons qu’il bloquait clairement toute voie vers le retour à la légitimité.

Que pensez-vous de la nomination de Djamel Ould Abbes à la tête du parti ?

Nous attendons les intentions et les actes de celui qui a succédé à Saâdani. Nous souhaitons qu’il se démarque des actes illégaux de son prédécesseur depuis son arrivé à la tête du Secrétariat général du parti. Ce n’est pas tout. Il faut qu’il y ait un retour à la légitimité. Nous serons alors disponibles à travailler avec lui dans le cadre d’une Commission ad hoc, et ce, dans la perspective d’assainir la situation actuelle au FLN.

Concrètement quelles sont vos propositions ?

D’abord, le nouveau secrétaire général doit reconnaître que la situation actuelle au FLN n‘est pas normale et infructueuse de surcroît. Ensuite bien évidemment, il faut agir et aller vers un congrès rassembleur pour élire des instances légitimes.

Mais Ould Abbes affirme qu’il veut se maintenir dans son poste jusqu’au 2020

Je pense qu’il a dit cela pour calmer le Bureau politique et le Comité central.  Le président a eu le mérite de provoquer cette situation salutaire. Non pas pour faire du « Saâdani sans Saâdani» au FLN avec en plus moins de talent et d’efficacité.

Vous dites que c’est le président qui a poussé Saâdani à la démission…

Nous en sommes convaincus. Nous avons adressé plusieurs messages au président, sans menace ni provocation. Nous leur avons clairement expliqué qu’il ne devrait pas laisser le parti dans la situation actuelle.

Vous avez contesté la légitimité de Saâdani et les instances qui ont été mises en place durant son règne. Ould Abbes est membre du bureau politique désigné justement Saâdani. Contestez-vous sa légitimité ?

Nous souhaitons  la tenue d’un congrès rassembleur avant les élections législatives sinon ça sera la débandade et l’anarchie. Ce même congrès constituera un pas indispensable pour le retour à la légitimité. Notre crainte est que Ould Abbes devienne l’otage de ceux qui ont été désignés par Amar Saâdani.

Source de l'article : cliquez-ici