Démission de Saâdani : Abdelkrim Abada applaudit, pose ses conditions à Ould...

Démission de Saâdani : Abdelkrim Abada applaudit, pose ses conditions à Ould Abbès

238
SHARE

Abdelkrim Abada est l’un des anciens dirigeants du FLN. Depuis quelques années, l’homme est également l’une des figures du mouvement de contestation de l’ex-parti unique. Il s’était opposé à Abdelaziz Belkhadem puis à Amar Saâdani. Il se dit désormais disposé à travailler avec Djamel Ould Abbas mais avec des conditions.

Amar Saâdani a démissionné de son poste de secrétaire général du FLN. Pour vous, il s’agit d’un limogeage. Pourquoi ?

Ce sont des lectures qu’on a fait. On savait qu’il était fini et on s’attendait cette décision de limogeage. Mais on ignorait quand cela allait avoir lieu. Le président du parti (Abdelaziz Bouteflika) a décidé de mettre un terme aux pratiques de Amar Saâdani qui a commis plusieurs erreurs et a provoqué des problèmes dans le pays avec son discours provocateur. Le président du parti a usé de ses prérogatives.

Djamel Ould Abbas est désormais le nouveau secrétaire général du parti. Que pensez-vous du personnage ?

C’est un militant et un moudjahid. On le connaît en tant que ministre et donc en tant que gestionnaire au sein du gouvernement. Mais la gestion du parti est une autre affaire. On va le tester.

Etes-vous disposé à travailler avec lui ?

On va composer avec la réalité. Le Comité central du parti existe même si on conteste sa légitimité et le secrétaire général a été plébiscité par ce Comité central. Il a dit qu’il ouvrait les portes devant tous les frères (cadres) du parti pour unir les rangs. On va voir s’il y a une réelle volonté pour rassembler, resserrer les rangs et appeler tous les cadres à travailler pour le sauver et réorganiser la maison et se débarrasser de toutes les anciennes pratiques.

Donc vous travaillerez avec Djamel Ould Abbas ?

Avec des conditions. Pour nous, il est nécessaire de travailler pour sauver le parti et ne pas continuer à travailler avec les anciennes pratiques. Il y a eu le passage de Abdelaziz Belkhadem et puis de Amar Saâdani à la tête du parti. Le parti doit être réhabilité et remis aux militants. Il faut consacrer la démocratie, la loi, et anéantir la corruption dans le parti. Si la nouvelle direction continue à travailler avec les anciennes pratiques, on continuera à s’opposer pour solutionner les problèmes du parti.

Avez-vous été contacté par la nouvelle direction du FLN ?

Non. On n’a pas encore été contacté. Le nouveau secrétaire général du FLN a lancé un appel. On attend le deuxième pas. Nous on vient de dire qu’on est prêt à travailler avec lui avec les conditions qu’on vient de citer.

Vous avez appelé à un congrès extraordinaire mais Djamel Ould Abbas a déclaré à plusieurs reprises qu’il restera jusqu’en 2020…

C’est un souhait de mettre en place une commission qui va travailler après les législatives et organiser un congrès extraordinaire pour préparer la présidentielle. Un congrès extraordinaire sans exclusion et sans marginalisation, auquel tous les militants participeront pour dépasser tous les conflits au sein du parti et prendre part à l’élection comme force cohérente.

Belayat a évoqué à plusieurs reprises la présentation de listes parallèles lors des législatives de 2017. Quelle est votre position ?

En 2012, on s’est présenté dans 33 wilayas en tant que candidats libres mais on nous a exclus alors qu’on avait gagné dans plusieurs wilayas. On a déjà fait cette expérience. Aujourd’hui, avec la nouvelle direction, on demande à travailler ensemble pour réussir aux élections législatives en mettant de nouvelles listes de militants, de cadres. Des listes où la médiocrité sera exclue.

Source de l'article : cliquez-ici