FLN : Djamel Ould Abbès répond à Abdelaziz Belkhadem

FLN : Djamel Ould Abbès répond à Abdelaziz Belkhadem

250
SHARE

Djamel Ould Abbès semble avoir été surpris par le contenu de l’entretien accordé par Abdelaziz Belkhadem au site arabophone de la chaîne américaine CNN sur la situation au sein du FLN et les solutions qu’il propose.

Pour le nouveau secrétaire général du FLN, la mise en place d’une instance transitoire suggérée par Belkhadem est complètement « exclue ». « Ceux qui demandent une instance transitoire veulent se positionner. Il n’y a pas de postes vacants (au sein du parti) ! Il y a un Comité central élu que je ne vais pas sacrifier, je ne suis pas venu avec cette mission ! », tranche Djamel Ould Abbès dans une déclaration à TSA.
« Je protège le Comité central, je l’aide et je le soutiens parce qu’il a été élu au congrès et j’étais président de la commission de candidature », poursuit-il. Sur la nécessité de ne pas faire « du neuf avec du vieux », Djamel Ould Abbès rappelle que Belkhadem est lui aussi âgé de 74 ans « s’il fait allusion à l’âge ! ».

| LIRE AUSSI : Ould Abbès : « Belkhadem est prêt à m’aider »

Le secrétaire général du FLN affirme que Abdelaziz Belkhadem ne lui a pas parlé de cette « instance transitoire ». « Il m’avait dit qu’il était prêt à travailler avec moi et Leila Tayeb qui est une moudjahida mais pas avec les autres. Je lui ai dit il ne s’agit de travailler avec les individus mais de travailler pour le parti et le programme. Il a donc proposé qu’on se voit dans trois jours », relate notre interlocuteur.

Djamel Ould Abbès regrette que Abdelaziz Belkhadem se soit précipité. « Je crois que le succès de ces premiers échanges (avec les contestataires de l’ancienne direction, NDLR) ont dérangé ces gens-là) », estime-t-il. Mais la sortie de l’ancien chef du gouvernement est loin de le décourager dans son entreprise qui consiste à réunifier le parti. « Je continue à recevoir des gens et à travailler avec eux et à réunifier le parti. Les portes sont toujours ouvertes. Je ne pose aucune condition mais je n’accepte aucune condition ! », conclut-il.

Source de l'article : cliquez-ici