À Aïn Témouchent, l’abondance de la production fait chuter les prix des...

À Aïn Témouchent, l’abondance de la production fait chuter les prix des produits agricoles

168
SHARE

Les produits agricoles, notamment les légumes, enregistrent ces derniers jours des records de baisse des prix dans la wilaya de Aïn Témouchent.

Au marché d’El Maleh jeudi dernier, la pomme de terre est cédée à 28 dinars le kilo. Les carottes et les oignions ne dépassent pas 30 dinars au moment où la tomate trouve difficilement preneur, même à 40 dinars le kilo. La chute des prix dépasse les 150% en quelques semaines. Cette situation a mis les agriculteurs maraîchers dans le désarroi. « J’ai subi une grande perte. C’est la catastrophe. Où est le système de régulation des produits agricoles de large consommation (Syrpalac) visant la préservation des revenus des agriculteurs ? », se plaint un producteur de tomate à Sidi Djelloul.

Mis en place en 2008, ce dispositif est géré par la Société de gestion des participations, la SGP/PRODA, et a pour but d’organiser et fédérer les différents acteurs pour constituer une interprofession autour des filières agricoles. Une interprofession qui devait permettre notamment l’absorption des surproductions agricoles par les filières de transformation agro-alimentaires. « Nous avons besoin de moyens de conservation et de transformation agro-alimentaire tout près de nos exploitations. C’est ce qui fait défaut ici à Aïn Témouchent », se désole de son côté un cultivateur de tomates à Oulhassa. « La production maraîchère qui a connu une forte hausse ces dernières semaines a fait baisser les prix. »

Un autre élément a aussi influé sur cette chute des prix : la pluie provoque habituellement le développement des champignons et autres insectes nuisibles pour les plantes et donc des dégâts sur la production. Or, le manque de précipitations fait que l’on n’a pas eu de dégâts pour le moment liés aux parasites et champignons d’où la forte production », tente d’expliquer le Secrétaire général de la chambre de l’agriculture, interrogé par TSA.

La production des produits maraîchers a enregistré une forte hausse à Aïn Témouchent et plus généralement en Oranie cette année. Pourtant, Aïn Témouchent n’est pas connue pour être un bastion maraîcher. Selon un responsable de la Direction des services agricoles (DSA), « la filière maraîchère n’occupe que 5% des surfaces cultivées (9 800 ha dont 67 ha sous serres) ».

Dans le passé, cette wilaya était plus connue pour être un fief viticole. Une filière qui a été détrônée, ces dernières années, par la céréaliculture. « Pas moins de 79% des terres sont dédiées aux céréales (142 313 ha) », selon les chiffres de la DSA. Grâce aux subventions visant à encourager l’irrigation d’appoint par aspersion, la superficie des céréales a atteint 120 000 hectares au détriment de la vigne, filière connue comme étant beaucoup plus rentable vu le climat favorable et l’excellente nature du sol. La wilaya de Aïn Témouchent compte 16 908 agriculteurs qui exploitent 229 504 ha. 61%  des terres sont cultivées sous forme d’Exploitations agricoles collectives (EAC), 5% sous forme d’Exploitation agricoles individuelles (EAI). 20% des terres relèvent du secteur privé composé de 7 715 propriétaires agricoles.

Fait notable, seules 0,5% des terres ont été concédées à 444 bénéficiaires par les fameuses concessions qui sont loin d’atteindre les objectifs escomptés. La Superficie agricole utile (SAU) est passée de 176 540 ha à 180 184, soit une hausse de 3 644 ha en trente ans. 77% des terres sont un patrimoine de l’État. La superficie irriguée est passée de 1 600 ha à 4 257 ha durant la même période.

Pour encourager la céréaliculture, la DSA et la direction de l’hydraulique ont signé une convention de partenariat portant sur la réalisation, de 2 000 ha de périmètres irrigués d’ici deux ans. L’acquisition d’équipements d’irrigation d’appoint est subventionnée à 50%. Trois barrages sont en cours de réalisation pour l’irrigation de 1 500 ha et un peu plus de 300 ha de superficie ont été irrigués cette année.

Source de l'article : cliquez-ici