Belkhadem s’en prend à Abdelmalek Sellal et se pose en alternative !

Belkhadem s’en prend à Abdelmalek Sellal et se pose en alternative !

4004
SHARE

A la faveur des changements opérés au FLN, Abdelaziz Belkhadem revient en surface et multiplie les sorties.

Le « barbeFLN » Abdelaziz Belkhadem est en train de ressusciter. Pas seulement. Il se pose en donneur de leçons. En clerc ayant un avis sur tout. Devant la chappe de plomb imposée par le clan au pouvoir sur l’espace politico-médiatique, l’islamiste en cravatte se découvre un nouveau rôle.

Dans un entretien à la chaine CNN en arabe, il s’en prend au gouvernement Sellal V qu’il accuse de promettre à tout-va. Il estime que les réponses apportées par le gouvernement aux difficultés actuelles sont « de simples replâtrages ». Il cite pêle-mêle l’annulation de grands chantiers, les augmentations de taxes et des impôts qui ne peuvent constituer à ses yeux une solution à la crise économique.

De même, le dernier changement à la tête de l’ancien parti unique ne trouve pas grâce à ses yeux. Il a crâne qu’on ne fait pas « du neuf avec de vieux habits », lançant au passage une fléchette empoisonnée au nouveau SG Djamel Ould Abbès (83 ans) plébiscité à main levée comme dans les pires appareils politiques staliens. Bien entendu, l’islamo-conservateur n’a pas eu de mot doux concernant l’ancien taulier du FLN, Amar Saadani. Débarqué sans ciller, il est désormais la cible d’attaques en règle. Belkhadem a profité de l’antenne de CNN, venue chez lui, pour savonner la planche à Saadani. Selon lui, ce dernier a payé son insolence en s’attirant l’attention de « certains cercles du pouvoir ». Il a estimé que le mal fait par l’ancien SG exige la mise en place d’une instance de transition au sein du parti.

A l’occasion, il n’a pas hésité à reluire sa brosse et à confier tout son respect au président. « J’ai soutenu le président Bouteflika parce que j’étais et je suis toujours convaincu qu’il est l’homme qui peut concrétiser la réconciliation nationale ». Pour la présidentielle, il considère que c’était prématuré d’en parler puisque le président est encore là. Après, sans doute, il avisera ses troupes.

L.M.A

Source de l'article : cliquez-ici