Résurrection/ Belkhadem croit de nouveau à sa bonne étoile

Résurrection/ Belkhadem croit de nouveau à sa bonne étoile

164
SHARE
Résurrection/ Belkhadem croit de nouveau à sa bonne étoile

L’ex-ministre des Affaires étrangères, ex-conseiller personnel du président de la République et ex-SG du FLN, Abdelaziz Belkhadem, refait surface sur la scène publique nationale, suite au limogeage d’Amar Saadani de la tête de l’ex-parti unique. Dans une interview accordé, vendredi, à la chaîne américaine CNN, Belkhadem a tiré à boulets rouges sur le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et son gouvernement.

Après une éclipse qui a duré plus de deux ans, Abdelaziz Belkhadem tente, tant bien que mal, de refaire surface sur la scène politique en surfant sur la vague de réactions qui a succédé à la “démission” d’Amar Saadani de la tête du FLN. Celui qu’on surnomme le chef des “barbe-FLN” a ,en effet, accordé une interview s’étalant sur plusieurs heures à la chaîne américaine CNN Arabic dans laquelle il s’est prononcé sur plusieurs questions d’actualité.

Dans son intervention, Belkhadem n’est pas allé avec le dos de la cuillère en commentant l’action du gouvernement et les mesures prises par l’exécutif pour faire face à une crise économique qui s’annonce très dure. Pour lui, le langage excessivement rassurant du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, est en totale contradiction avec la politique menée sur le terrain, caractérisée essentiellement par des mesures d’austérité comme la suspension de projets et l’augmentation des taxes et impôts en tout genre.

L’islamo-conservateur s’est également prononcé sur l’avenir de son parti, le FLN, qu’il considère en proie à une grave crise de gestion. Pour lui, «on ne peut faire du neuf avec du vieux» en allusion au nouveau SG Djamel Ould Abbès  et les membres du bureau politique représentant à ses yeux la faillite du parti. Belkhadem a proposé plusieurs solutions concernant les problèmes qui préoccupent la société en général, une démarche qui témoigne de la volonté du personnage de se poser en alternative à ce qu’il qualifie de situation de stagnation !

Répondant à un certain nombre de questions relatives à la scène politique internationale, Abdelaziz Belkhadem a franchi des lignes rouges concernant la politique régionale de l’Algérie. Pour lui, la fermeture des frontières avec le voisin de l’Ouest ne saurait durer. «La réouverture de ces frontières est inévitable», a-t-il confié au média américain.

Massi M. 

Source de l'article : cliquez-ici