Un collectif d’avocats se dit prêt à défendre le général Toufik contre...

Un collectif d’avocats se dit prêt à défendre le général Toufik contre Amar Saâdani

182
SHARE

Nouveau rebondissement dans l’affaire qui oppose le général Toufik à Amar Saâdani. Un collectif composé de dix avocats a déclaré, ce dimanche 30 octobre, être prêt à défendre l’ancien patron du DRS dans une éventuelle action judiciaire contre l’ex-secrétaire général du FLN après les propos tenus par ce dernier lors d’une réunion des Mouhafedhs à Alger.

Dans une déclaration adressée à TSA, ces avocats écrivent notamment : « Ayant pris connaissance par le journal en ligne TSA des intentions judiciaires du général Toufik pour la défense et la protection de l’institution nationale ‘DRS’ qu’il a eu à diriger dans le passé, suite aux attaques clairement injurieuses et diffamatoires du sieur Saâdani, profitant de ses fonctions de secrétaire général du FLN, nous, collectif d’avocats et de juri-consultes du barreau d’Alger, déclarons par les présentes notre entière disponibilité d’assistance juridique ainsi que celle de nos offices auxiliaires pour toutes démarches, instances ou procédures que le plaignant aura décidé dans cette regrettables occurrence ».

Les noms des dix avocats signataires de la déclaration figurent dans le document.

Les avocats formant ce collectif assurent avoir « honte » pour le pays. « Nous avons honte pour notre jeune État de droit devant les ‘péripéties irresponsables’ et les ‘particraties corrompues et corruptives’ qui risquent effectivement de déstabiliser notre Nation », écrivent-ils. Pour eux, Amar Saâdani doit absolument « répondre de ses actes devant la justice ». « L’ordre public institutionnel, l’honneur et la considération du FLN, de l’ALN et de l’ANP doivent être l’affaire de toutes, de tous et surtout des femmes et des hommes de loi que nous sommes tenus au devoir sacré et déontologique de l’ordre moral national ».

Les avocats disent, enfin, avoir constaté et reconnu « le courage solitaire du général Toufik devant cette gravissime délinquance particrate sans précédent qui aurait dû faire l’objet de saisine automatique du parquet de la République et du parquet général depuis longtemps ».

Source de l'article : cliquez-ici