« Je ne les supporte plus, ces Arabes » : Dalil Boubakeur...

« Je ne les supporte plus, ces Arabes » : Dalil Boubakeur gravement mis en cause par l’ancien conseiller de Sarkozy

9336
SHARE

« Je ne les supporte plus, ces Arabes » et « avec les musulmans, c’est pire ». L’auteur présumé de ces propos n’est pas un militant d’extrême-droite. Ils auraient été tenus, en octobre 2002, par Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris, selon l’ouvrage La Cause du peuple de Patrick Buisson, ex-conseiller de Nicolas Sarkozy.

Ces propos auraient été tenus au cours d’une discussion où Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, aurait demandé à Dalil Boubakeur d’occuper le poste de président du Conseil français du culte musulman (CFCM). M. Boubakeur a occupé cette fonction entre 2003 et 2008 puis entre 2013 et 2015.

« Combien, Dalil ? »

Selon l’ouvrage de Patrick Buisson, Nicolas Sarkozy aurait déclaré : « Dalil, je vais avoir besoin de toi pour représenter la communauté ». Dalil Boubakeur, peu enthousiaste, aurait répondu : « Tu sais bien que je suis très malade ». Nicolas Sarkozy aurait alors insisté : « Il me faut quelqu’un de confiance pour présider le Conseil du culte. Je ne vois que toi pour bien faire le job». Dalil Boubakeur aurait répété : « Tu sais que je suis très fatigué ».

Le président aurait alors lancé : « Combien ? », ce à quoi le recteur aurait répondu : « Tu sais bien que je ne les supporte plus, ces Arabes, que je les déteste. Je ne peux plus les voir en peinture ». Le ministre aurait ramené le problème à une question financière en insistant : « Combien, Dalil ? ».

Toujours pas convaincu, Dalil Boubakeur aurait continué : « Avec les musulmans, c’est pire. Toutes leurs histoires me sortent par les yeux. Ça fait plus de soixante ans que je les subis. Il faut me comprendre : j’ai été élevé dans une mosquée. Je n’ai jamais pu en sortir ».

Le démenti de Boubakeur

Dalil Boubakeur a formellement démenti « les fausses allégations » rapportées par Patrick Buisson, affirmant sur le site de la Mosquée de Paris que la décision de le désigner comme président du CFCM « a été prise en présence de l’ensemble des représentants des Fédérations musulmanes et des grandes mosquées fondatrices du CFCM réunis par Nicolas Sarkozy (…), qui a ensuite annoncé publiquement le choix unanime sur lequel se sont portés tous les représentants du culte musulman en France ».

M. Boubakeur ajoute : « Contrairement à ce qu’avancent les propos rapportés par Patrick Buisson, il n’y a eu aucune négociation personnelle et encore moins de proférations d’insultes intolérables et inacceptables ».

La Grande mosquée de Paris est financée par l’Algérie, à hauteur d’un million d’euros par an.

Source de l'article : cliquez-ici