La perspective d’un accord de l’Opep s’éloigne, le baril dégringole

La perspective d’un accord de l’Opep s’éloigne, le baril dégringole

234
SHARE

Le baril de pétrole Brent (référence pour le Sahara Blend algérien) cédait près de 3,5%, ce lundi 31 octobre vers 18h30, passant sous le seuil de 49 dollars. À l’ouverture de ce matin, le baril cotait 50,32 dollars. Il cède près de 1,5 dollars en une séance à 48,87 dollars.

La perspective d’un accord s’éloigne 

Après le « semi-échec » de la réunion entre les principaux producteurs mondiaux de brut, samedi dernier à Vienne, les marchés et les observateurs sont de plus en plus sceptiques, voire pessimistes quant à la concrétisation de l’accord d’Alger sur une réduction des quotas de production.

Le rendez-vous crucial est prévu le 30 novembre prochain dans la capitale autrichienne. L’Opep y tiendra une réunion formelle, censée attribuer (et baisser) les quotas de production par pays. L’accord de principe formulé à Alger au mois de septembre se heurte désormais aux exigences individuelles de plusieurs pays.

Ainsi, l’Irak a signifié son refus de participer à la réduction de son quota. Il rejoint ainsi d’autres membres de l’Opep, comme le Nigéria, la Libye ou l’Iran, qui demandent d’être exemptés. Tous font valoir un effet de rattrapage après avoir été confrontés à des sanctions internationales ou à des conflits dévastateurs pour leurs extractions respectives.

De leur côté, les pays producteurs non-membres de l’Opep ne veulent pas s’engager à une contribution quelconque, tant que les pays du cartel n’auront pas atteint un accord en interne. Tout juste la Russie se dit-elle prête à geler ses niveaux de production, qui battent actuellement tous les records.

Par ailleurs, la tendance haussière du dollar, conforté par la perspective d’un resserrement monétaire aux États-Unis, pourraient pousser le baril vers des niveaux proche des 40 dollars d’ici la fin de l’année en cours. En effet, les marchés anticipent un relèvement des taux d’intérêts directeurs de la Federal Reserve [banque centrale, NDLR] américaine prochainement.

Source de l'article : cliquez-ici