Du nouveau dans la pratique politique locale à Tizi Ouzou: Les...

Du nouveau dans la pratique politique locale à Tizi Ouzou: Les indépendants montent au front

76
SHARE

Pour Omar Aït Mokhtar, les deux partis traditionnellement dominants, le FFS et le RCD, nuisent à la wilaya par leurs querelles partisanes.
Quelques jours après les élections législatives, la scène politique locale à Tizi Ouzou sort avec une nouvelle configuration et une nouvelle approche de la chose politique. Premières à apporter de la nouveauté à l’exercice politique longtemps dominé par les deux partis RCD et FFS, les listes indépendantes. Après trois décennies marquées par l’hibernation des acteurs juste après les élections, l’on sort cette fois de ce comportement. Deux listes indépendantes, l’une menée par Omar Aït Mokhtar et l’autre par Nourredine Aït Hamouda comptent désormais présenter des listes aux élections locales de novembre.

En effet, au lendemain de l’annonce des résultats des législatives, Omar Aït Mokhtar a indiqué que sa liste Tizi+ est en marche vers les élections locales avec des listes à travers les communes. Désormais, la liste s’appelle Tizi+ en marche!
Pour notre interlocuteur, ne pas avoir acquis un siège à l’APN n’enlève rien à sa volonté de participer au développement local dans sa wilaya. Bien au contraire, Tizi+ en marche! compte présenter des listes aux élections communales de novembre prochain. Pour Aït Mokhtar, les communes ont besoin d’une autre génération d’élus pétris de volonté et de savoir-faire. Pour ce faire, ajoute-t-il, un travail de terrain est en train de se réaliser avec les jeunes, essentiellement les étudiants. Pour Omar Aït Mokhtar, les deux partis traditionnellement dominants, le FFS et le RCD, nuisent à la wilaya par leurs querelles partisanes.

Aucun d’eux ne peut apporter le développement local espéré par des générations de citoyens qui voient, désabusés, la paralysie des assemblées à cause de l’incapacité de ces deux formations à se réunir pour un travail collectif et de coordination. Les considérations politiciennes, ajoute-t-il, priment hélas sur le développement. Aussi, apporter d’autres façons de faire la politique pour un meilleur développement est ce qui motive Tizi+ en marche! Pour Aït Mokhtar, les deux partis qui ne sont plus capables de se réunir autour d’une table pour dialoguer se disqualifient d’eux-mêmes.

Pis encore, ces deux formations laissent faire beaucoup de pratiques et de malversations dans leurs communes. L’autre liste qui annonce sa décision d’aller aux élections locales de novembre c’est Alternative citoyenne conduite par Nourredine Aït Hamouda. Après avoir réussi à décrocher un siège à l’Assemblée populaire nationale, Aït Hamouda compte donc aller apporter du sang neuf aux communes avec des listes de jeunes. L’annonce a été faite sur un plateau d’une télé algérienne le week-end dernier. Par ailleurs, l’initiative même si elle est aussi novatrice que louable n’en apporte pas moins assez d’éclaircissements sur les voies et moyens que les indépendants ont en leur possession pour réussir ce pari. Jusqu’à présent, ils ne disent pas quelles sont les voies et moyens qu’ils mettront en mouvement pour présenter des listes à travers 67 communes. Car c’est un travail qui nécessite une armada de personnes, surtout des personnes pleines de volonté de rompre et affronter les atavismes.

Source de l'article : cliquez-ici