La capitale de l’Est peine à sortir de ses ordures: Constantine...

La capitale de l’Est peine à sortir de ses ordures: Constantine otage de l’incivisme

113
SHARE

Au moins 400 agents sont à chaque fois mobilisés pour la cause, mais ces efforts colossaux n’ont pu aboutir.
Plusieurs opérations de nettoyage et d’entretien ont été lancées à Constantine, au niveau de nombreux quartiers. La wilayas qui veille au bon fonctionnement de cette initiative qui a pris une cadence plus importante depuis l’installation de Kamel Abbès à la tête de l’exécutif, ne connaît pourtant pas l’essor qui devait répondre aux dépenses faramineuses et aux efforts fournis.

Beaucoup rendent responsable le citoyen qui reste l’otage de son propre incivisme, ayant pris des habitudes qui reflètent l’image d’une société qui a perdu ses repères éducatives, mais pour d’autres les pouvoirs publics sont autant coupables de la dégradation de l’environnement du fait qu’ils ne possèdent pas une stratégie pour aboutir aux résultats espérés. Cela se constate au niveau de la nouvelle ville Ali-Mendjeli qui aura connu depuis 2014 plusieurs opérations, en vain.

Au moins 400 agents d’entretien sont à chaque fois mobilisés pour la cause, mais ces efforts colossaux n’ont pu aboutir. A la cité El Gammas, les choses ne sont pas différentes, les habitants ont même profité de l’aubaine pour formuler des critiques, notamment sur la manière avec laquelle on mène le travail à moitié réalisé. Ces opérations, qui devraient en effet consister à enlever les détritus, les immondices, les débris, les déchets solides et les ordures ménagères, cependant, au bout de quelques jours on a constaté aucun changement. C’est le même cas au niveau de la zone industrielle Palma où l’on assiste à des opérations de nettoyage sans résultats.

Ce lieu est presque invivable, en plus de la saleté, les routes défoncées, les fuites d’eau et les trottoirs impraticables, s’ajoute l’insécurité due à la présence de bouteilles de boissons alcoolisées. Le lieu est très dangereux en fin de journée puisque fréquenté par des personnes qui s’adonnent à la consommation à outrance de l’alcool. Pourtant, cette zone comprend des administrations et directions importantes, Protection civile, formation professionnelle, commerce, environnement, Maison de la presse et un hôtel de police, pour ne citer que ceux-là. Constantine qui devait refléter l’image d’une vraie capitale, notamment du fait qu’elle fut capitale de la culture arabe, peine a sortir de ses ordures!

Cela ne concerne pas uniquement ses quartiers et cités, mais les cimetières également, où d’importants moyens ont été déployés pour débarrasser les tombes et les alentours de divers déchets dont les bouteilles en plastique, d’alcool et des herbes sauvages. Les citoyens ont même été invités à participer à cette opération devant concerner progressivement tous les cimetières que compte la ville, pour une enveloppe de 16 milliards de centimes. Néanmoins, les lieux sont dans un état lamentable. Kamel Abbès, le wali de Constantine avait pourtant sommé l’APC de prendre en charge l’opération de nettoyage des cimetières et avait même sévèrement blâmé l’APC pour sa gestion de la situation, qui ne donne aucune suite aux opérations, parfois inachevées.

Source de l'article : cliquez-ici