Nouveau président, nouvelle réforme des retraites: Ce qui attend les travailleurs algériens...

Nouveau président, nouvelle réforme des retraites: Ce qui attend les travailleurs algériens en France dès 2018

104
SHARE

Celui qui, il y a quelques jours encore, n’était que candidat à l’élection présidentielle et s’engageait à réformer le système de retraite de son pays, vient d’être élu et a même pris ses fonctions depuis dimanche. Que contient ce projet de réforme qui concernera aussi les centaines de milliers de travailleurs algériens en France.
En France, le nouveau chef de l’Etat, qui a pris ses fonctions le dimanche 14 mai, a dans son programme une nouvelle réforme des retraites.

Les actifs qui sont à moins de cinq ans du départ à la retraite ne sont pas concernés. Il y aura une période de transition, qui pourrait durer. Mais les nouveaux actifs basculeront d’emblée dans le régime unique. Non, la vaste refonte du système de retraite que propose le nouveau président de la République n’est pas un stratagème pour gagner du temps et ne rien changer du tout.

«J’engage dès le début du quinquennat une réforme qui a vocation à donner une loi et un vote début 2018. Ce n’est pas reporté aux calendes grecques», s’est-il défendu il y a quelques jours. Il avait exposé en mars — en tant que candidat à l’élection présidentielle —, son projet radical pour les retraites, qui consiste à mettre en place un régime unique, où les droits sont comptabilisés en points : une façon d’éliminer les régimes spéciaux et de mettre fin aux inégalités de traitement selon le statut ou le secteur.

Mais, jusqu’à récemment, il avait donné peu d’indications temporelles, évoquant juste une phase de concertation et fixant un horizon de dix années pour atteindre le régime de croisière. On sait désormais que les travaux sur les retraites vont être engagés rapidement, puisque le texte doit arriver devant l’Assemblée après les lois de financement de l’automne.
Quant à la transition, elle devrait être longue. Les actifs qui sont au maximum à cinq ans du départ à la retraite ne seront pas concernés par la réforme.

Ceux qui sont à plus de cinq ans du départ cotiseront immédiatement dans le nouveau régime pour les trimestres à venir. Les nouveaux entrants sur le marché du travail ne connaîtront donc que cette nouveauté, tandis que les anciens auront un pied dans chaque système. Il n’a pas donné plus de précisions sur la bascule.
Deux pays qui ont mené des réformes similaires, la Suède en 1998 et l’Italie en 1996 ont prévu une phase de transition de dix-sept ans pour la première, et plus de quarante ans pour la seconde.

Pas de baisse des pensions
Pour le reste, le Président élu assure ne pas vouloir toucher à l’âge de départ ou au niveau des pensions, car «l’objectif de la réforme ce n’est pas de faire des économies à court terme, mais de construire la confiance et la transparence dans le système». Il justifie ce choix : le système de retraite «est à flot sur le plan financier». Il ne ferme cependant pas la porte à un ajustement ultérieur des paramètres pour le quinquennat d’après : «Il y aura encore besoin de faire des réformes dans cinq-six ans pour que le financement s’équilibre, compte tenu de la structure des âges dans notre pays.»
Les près de 2 millions de travailleurs algériens émigrés en France, à l’instar de leurs homologues français, sont concernés par ces réformes.

Les retraites de base alignées
donneront droit à un versement unique de pension à partir de 2017
En France, à compter du 1er juillet 2017, certains assurés qui ont cotisé à différents régimes de retraite de base durant leur carrière vont percevoir une seule pension de base au lieu de plusieurs. La liquidation des droits et le versement des prestations vont être réalisés par un des régimes de base au nom des autres. Pour les polypensionnés (les personnes qui perçoivent plusieurs pensions versées par différents régimes), cette procédure va simplifier leur gestion de budget.
Dans certains cas, le calcul de la pension pourrait, en outre, leur être favorable.

Source de l'article : cliquez-ici