Inquiétante hausse du gaspillage durant le Ramadhan: Le « péché » algérien

Inquiétante hausse du gaspillage durant le Ramadhan: Le « péché » algérien

47
SHARE

A une semaine du début du mois du jeûne, l’Association de la protection et de l’orientation du consommateur appelle les citoyens à modérer leur consommation.
C’est devenu un leitmotiv. A chaque Ramadhan, le phénomène du gaspillage réapparaît: celui du pain, des gâteaux et de la nourriture «meublent» les poubelles des quartiers…surtout populaires. Que faire? L’association de la protection et de l’orientation du consommateur (Apoce), prévient contre le gaspillage alimentaire.

«Notre objectif phare est de sensibiliser et d’orienter le citoyen durant cette période où le gaspillage alimentaire explose», a soutenu hier, le président de cette association, Mustapha Zebdi, à Alger, lors d’une conférence de presse tenue au Forum d’El Moudjahid. Zebdi a estimé en outre que ce genre de comportement n’est pas sans conséquences sur l’économie du pays «il faut savoir que les dépenses de l’Algérie augmentent de 50% durant ce mois», a-t-il dit, de ce fait, «nous tentons à travers des actions concrètes, d’adresser un message fort au consommateur algérien afin d’éviter le gaspillage de différents aliments pendant cette période», ajoute-t-il. Pour Zebdi, ce phénomène, qui devient hélas plus courant durant le mois sacré, est à l’opposé des valeurs qu’il est censé inculquer.

Le responsable a indiqué toutefois que bien que minime, le taux de gaspillage alimentaire a néanmoins diminué par rapport aux années précédentes. «Cela est sans doute lié à la conjoncture économique du pays, mais encore, aux nombreuses campagnes de sensibilisation que nous avons menées à cet effet et qui ont visiblement porté leurs fruits», a-t-il fait savoir.

Afin de continuer sur cette lancée, le président de l’Apoce a réitéré son appel à tous les consommateurs algériens, les incitants à «modérer et à rationaliser» leur consommation durant le mois de Ramadhan.
Farès Benaijda, docteur en sociologie à l’université de Contantine, a quant à lui dévoilé la stratégie de l’association Apoce pour lutter contre le gaspillage. Ainsi, il précisera que «le plan de travail de l’association a pour but d’orienter les consommateurs de sorte qu’ils puissent acquérir une culture de consommation et ce, en les incitant petit à petit à changer leurs mauvaises habitudes».

Toujours dans le cadre de la prévention et de la sensibilisation, Zebdi tire la sonnette d’alarme contre les intoxications alimentaires, rappelant en ce sens qu’une campagne de sensibilisation contre les intoxications alimentaires a été lancée du 14 au 20 du mois en cours. «Le taux de cas d’intoxications alimentaires donne à réfléchir, il a atteint près de 60% en 2016, des cas de décès ont même été recensés, tout ça pour dire qu’il ne faut pas minimiser le danger que constitue cette infection», a-t-il avancé, précisant que «des cas d’intoxication alimentaire surviennent particulièrement lors des fêtes, et ce, à cause du manque d’hygiène et de la mauvaise conservation des aliments».

Le docteur Naziha Djedaini de l’Apoce, a indiqué pour sa part, que cette campagne de sensibilisation qui a été initiée par le ministère du Commerce, a pour objectif de sensibiliser et d’informer le citoyen sur les dangers des intoxications alimentaires, notamment au mois de Ramadhan et comment les éviter. Elle s’est en outre étalée sur les causes de ces intoxications, indiquant que trois principales causes en sont l’origine «il s’agit en premier lieu des boissons à l’exemple de ‘cherbet », qui se retrouvent confrontés à des produits non conformes à la sécurité et à l’hygiène et pour cause, elle est produite à base d’acide citrique et non de citron naturel car beaucoup trop cher durant le mois de Ramadhan». «Les grillades et les plats déjà préparés (boureks…) sont deux autres causes qui peuvent nuire sérieusement à la santé si on en abuse», a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, Zebdi a salué la décision du ministère du Commerce de geler les importations de viande congelée, affirmant que c’était la meilleure chose à faire car très dangereuse pour la santé.
Il a révélé par ailleurs, que son association compte créer un label de recommandations dans l’optique de «rediriger les consommateurs vers les produits locaux en les aidant à choisir les produits de la meilleure qualité qui soit sur le marché».

Zebdi a également fait part de deux projets que l’Apoce souhaite faire aboutir juste après le mois de Ramadhan. «Il s’agit d’abord du ciment et ensuite le lancement d’une campagne de sensibilisation pour identifier et dénoncer les chambres frigorifiques informelles, qui laissent le champ libre à la spéculation», précise-t-il.

Source de l'article : cliquez-ici