MOB : Les membres de l’AG en colère contre Rezki

MOB : Les membres de l’AG en colère contre Rezki

76
SHARE

Apparemment, les choses ne semblent pas vouloir s’arranger au MOB  à cause de ce qui se passe actuellement au sein du club, notamment suite à certaines divergences entre les membres de l’AG et le président Mustapha Rezki, qui a décidé de se mêler des affaires de la société par actions après sa désignation à la tête du conseil de gestion. Alors que Rezki a confirmé une fois de plus son maintien à la tête du CSA, les membres de l’AG ont décidé quand même de réagir. Face à cette impasse, les membres de l’AG ont voulu juste avoir l’avis de leur président qui affirme que l’intérêt du MOB passe avant tout. Si cette situation est entérinée, c’est tout l’avenir du club qui est menacé. Au moment où tous les clubs sont en train de préparer la saison prochaine, au MOB ce n’est pas encore le cas. Un flou qui risque de mener le club vers une descente encore plus profonde et lourde de conséquences.  

Ils n’ont rien compris à la démarche entreprise avec la SSPA 
Certains membres avec qui on s’est entretenu nous ont dit que le président aurait au moins convoqué les membres de l’AG pour une assemblée avant de prendre une telle décision. De leur côté, les sages du club ont accueilli la nouvelle avec beaucoup de regret. Ils pensent que ces divergences entre les membres du bureau ne peuvent que nuire au club. Surtout en cette période cruciale où les clubs se préparent pour la saison prochaine, notamment avec le volet financier, alors que le MOB se déchire. C’est pourquoi tout en étant en ébullition, la place sportive locale s’interroge sérieusement quant à l’avenir de son équipe, qui s’est retrouvée livrée à elle-même après une relégation déjà consommée. 

Certains exigent une AG du CSA dans les plus brefs délais
N’ayant toujours pas digéré la manière dont Mustapha Rezki veut s’introduire dans les affaires de la société par actions, les membres de l’Assemblée générale du CSA ne comptent pas tourner la page de sitôt. Ces derniers reviennent à la charge pour dénoncer ce qui se passe actuellement au sein de leur équipe. Voulant avoir plus d’explications de la part du président qu’ils ont élu à l’unanimité, les membres de l’AG exigent la tenue d’une Assemblée générale extraordinaire (AGEx) du club amateur (CSA) dans les plus brefs délais. L’AGEx en question est synonyme d’un rappel à l’ordre au président qui devra toutefois choisir entre le CSA et le CA.

———————

Rezki : « J’assume mes responsabilités, je n’ai pas peur d’aller à l’Assemblée générale »
Afin d’avoir un peu plus d’explications et surtout mettre fin à cette polémique, on a pris attache avec le président Mustapha Rezki.  Avec sa clairvoyance habituelle, Rezki a bien voulu répondre à nos questions. Ce dernier a tenu à lancer un appel aux gens pour soutenir ceux qui veulent sortir ce club de cette crise et les aider afin que le MOB puisse retrouver ses sensations : «Je n’ai peur de personne, tant qu’on est armé d’une bonne volonté dans le but de sortir notre club de cette crise. J’ai toujours assumé mes responsabilités et ce n’est pas aujourd’hui que je vais déroger à la règle. Je n’ai pas peur d’aller à l’AG, en plus l’Assemblée doit être tenue comme prévu comme cela se passe dans tous les clubs».
« J’ai été élu entre deux assemblées souveraines »
Le président rappelle aux gens la souveraineté de son assemblée lorsqu’il a été élu président du CSA : «Je n’ai enfreins aucune loi. Je suis le président du CSA et mon élection s’est faite entre deux Assemblée souveraines. J’ai une parfaite entente avec les membres du bureau, alors je ne vois pas pourquoi toute cette histoire pour rien. Moi je pose une question à ces gens : à qui profite le crime ? Moi ma raison d’agir pour le moment, c’est le MOB. Je ne sais pas si eux partagent le même avis. Et si c’est le cas, alors je pense que quel que soit mon poste, le plus important c’est que le MOB parvienne à sortir de cette crise».
« C’est de la pure spéculation, le MOB n’a pas besoin d’agitation en ce moment »
Abordant ce qui se dit à propos de sa désignation à la tête du conseil de gestion, Rezki dira : «Je n’ai pas envie de ces agitations qui n’avancent à rien. C’est de la pure spéculation. Dans quel but ces gens sont en train de s’agiter comme ça ? Est-ce que le MOB a besoin de toute cette polémique en ce moment ? Je pense que la réponse est claire. Notre club a besoin plutôt de calme et de sérénité. Les gens doivent apprendre à laisser ceux qui travaillent tranquilles. Basta les clans ! le MOB est dans le coma et il va mourir en silence si on ne fait rien. Qu’ils nous lâchent un peu !».  
« Ce n’est pas facile de prendre le club dans cette situation, mais on a décidé de relever le défi »
Bien que la situation soit très difficile, Rezki a quand même accepté de relever le défi, mais les gens n’arrêtaient pas de spéculer comme si le MOB est en bonne posture : «J’ai déjà dit que la situation de notre club est vraiment délicate. Personne ne veut s’aventurer et prendre le club, mais on a quand même voulu relever le défi dans l’unique but de sauver notre cher club. Les gens n’ont pas encore compris ça. Pourquoi ils n’ont pas parlé avant lorsque le club était dans la boue ? Et aujourd’hui avec ce brin de lumière tous s’agitent. J’ai l’impression qu’ils veulent faire disparaitre cette équipe. Cela me fait encore très mal au cœur». 
« Je sais qui est derrière cette polémique, et s’il est en mesure de gérer le club, on est prêt à céder »
Le président béjaoui affirme qu’il est au courant de ce qui se passe et qui est derrière cette manipulation : «Ce n’est pas nouveau. Les perturbateurs sont les mêmes depuis des années. On est là juste pour servir le MOB et s’ils sont en mesure de prendre le club en ce moment, on est prêt à céder. On sera les premiers à applaudir. Je ne m’attache pas au pouvoir. Notre unique souci, et je le répète encore pour la énième fois : remettre le MOB sur les rails et le sortir de ce cauchemar qui risque de nous conduire encore vers une crise plus profonde et lourde de conséquences».  
« Quel avis ont demandé ces gens lorsqu’ils ont géré le conseil en 2016 avec Ikhlef ? »
Avant de conclure, Rezki a tenu quand même à rappeler certaines choses à ceux qui sont en train de le critiquer : «Apparemment, ces gens qui sont en train de faire du bruit maintenant ont la mémoire courte ou bien ils sont complètement amnésiques. Bref, en tous les cas, on est là pour le rappeler. En 2016, ce bonhomme fait partie du conseil de gestion sous la présidence d’Ikhlef. Il était le deuxième signataire et je pense qu’il n’a demandé l’aval de personne. Peut-être que pour eux c’est légal ? Aussi il faut dire qu’à ce jour le bilan de cette année n’est pas encore présenté.»
 

Source de l'article : cliquez-ici