Nouveau gouvernement : la piste Chakib Khelil

Nouveau gouvernement : la piste Chakib Khelil

5335
SHARE

La composition du nouveau gouvernement pourrait réserver quelques surprises. Selon nos informations, l’éventualité d’un retour aux affaires de Chakib Khelil est probable à l’occasion du prochain remaniement ministériel. Son nom circule pour un grand ministère, voire le Premier ministère si le président Bouteflika décidait de ne pas reconduire Abdelmalek Sellal. Ce dernier mène certes les tractations pour le prochain exécutif mais sa reconduction à la tête du gouvernement n’a pas encore été officialisée.

En plus de Chakib Khelil, deux autres noms sont avancés pour le poste de premier ministre si Sellal n’est pas reconduit : Abdelmadjid Tebboune et Nourredine Bedoui.

La nomination, en mars dernier, d’Abdelmoumen Ould Kaddour à la tête de Sonatrach, a permis de mesurer l’impact d’un retour aux affaires d’un ancien proche de Chakib Khelil auprès de l’opinion. L’homme a été condamné dans des affaires de surfacturation et condamné pour avoir divulgué des informations secret défense à la société américaine KBR. Sa réhabilitation ouvre la voie à celle de Chakib Khelil. D’ailleurs, contrairement à Ould Kaddour, Chakib Khelil n’a pas été condamné par la justice, estiment ses défenseurs qui ont toujours présenté son affaire comme une cabale menée par l’ancien DRS contre un proche du chef de l’État.

Reste à savoir si le président Bouteflika prendrait un tel risque dans le contexte politique actuel. Le prochain gouvernement sera confronté à une assemblée dans laquelle l’opposition est présente en force (au moins 83 députés sont issus de partis et d’alliances ouvertement hostiles au gouvernement). Et au sein de l’opinion publique, Chakib Khelil traîne toujours l’image d’un ministre qui a livré Sonatrach à la prédation et la corruption.

Source de l'article : cliquez-ici