El attaf: Un imam empêché par la force d’officier la prière du...

El attaf: Un imam empêché par la force d’officier la prière du vendredi

152
SHARE

La prière du vendredi de la semaine écoulée n’a pas eu lieu dans la mosquée Hamza Ibn Abi Taleb, de la localité des D’Hamnia dans la daïra d’El Attaf, sur le territoire de la wilaya de Aïn Defla, une mosquée gérée administrativement, par la Direction des affaires religieuses de Chlef.

Selon l’imam, un groupe d’une dizaine d’individus qu’il désigne comme étant membres du bureau de l’association, des salafistes, l’ont empêché par la force de conduire la prière du vendredi.
Il rapporte que ce groupe d’individus constitue le bureau de l’association qui préside à la gestion des affaires du lieu de culte, a tout fait pour s’opposer au renouvellement du bureau exécutif, parce que le mandat électif a expiré le 30 juillet 2016. De plus, aucun rapport moral ou financier n’a été déposé ou présenté à ce jour, à l’Assemblée des fidèles. Empêché par la force de mener la tâche qui lui est confiée, l’imam n’ayant pas pu assurer son office, la prière du vendredi n’a donc pas eu lieu, et les fidèles, aussi bien ceux qui viennent de la localité que les passagers l’on commué en simple prière du Dohr.

L’imam fait savoir que si le bureau de l’association n’a pas déposé de bilan, surtout financier, c’est parce qu’il y a eu des détournements et des malversations.
Il ajoute à ce sujet que le 13e jour du Ramadhan, ce groupe s’est livré à une collecte de fonds dans la mosquée pour tenter de combler les trous que comporte le bilan financier sans rendre de compte à qui que ce soit.
De plus, l’imam accuse le chef de ce groupe, qui maintient sa mainmise sur la mosquée d’avoir vendu des matériaux de construction à son frère, et que personne n’a vu la couleur de cette recette.

Toujours selon notre interlocuteur, ce groupuscule accusé par l’imam d’appartenir à la mouvance salafiste, qui se maintient par l’intimidation des fidèles, et malgré l’expiration du mandat de l’association, a dépossédé le mou’adhin, pourtant en poste depuis plus de 15 ans, de toutes les clés de la mosquée, pour pouvoir disposer des lieux et avoir le champ libre pour activer dans une quasi clandestinité.
Le vice-président de cette association questionné à ce sujet, confirme les propos de l’imam.

Ce qui est reproché au directeur des affaires religieuses de la wilaya de Aïn Defla, c’est de ne pas avoir assaini la situation administrative de cette mosquée qui, bien qu’implantée sur le territoire de la Wilaya de Aïn Defla et qui continue à être gérée par la Direction des affaires religieuses de la Wilaya de Chlef, et ce malgré les différentes démarches effectuées auprès des instances administratives locales concernées.

Aux dernières nouvelles, l’imam, et après son dépôt de plainte, a été entendu par un responsable du département de la justice du parquet d’El Attaf.
Notre interlocuteur souhaite que le bureau de l’association soit renouvelé dans de brefs délais, que le groupe sortant doit rendre des comptes, et que la gestion administrative ne relève plus de la wilaya de Chlef, mais de celle de Aïn Defla, territorialement compétente. Il dit que la «fitna» est dans nos mosquées déjà, puisque ce groupe pratique ses prières en retrait, avant ou après les heures auxquelles se conforme la très grande majorité des fidèles.
Mohamed Aïssa n’a-t-il pas exhorté souvent les imams à s’impliquer davantage dans la bon fonctionnement des mosquées ?

Khemis Miliana
Un septuagénaire victime de la canicule
Depuis quelques jours, la température caracole au-dessus des 45° sur toute la région et la canicule vient de faire sa première victime.
Dans la nuit de mardi dernier, vers 22h, des passants ont signalé la présence du corps d’un homme gisant dans un champ de chanvre, situé au nord du quartier Souffay. Dès que l’information est tombée, les éléments de la gendarmerie se sont rendus sur les lieux.

Effectivement, l’homme découvert sans vie a été examiné par un médecin qui au vu des signes cliniques apparents présentait les symptômes d’une importante déshydratation qui aurait entraîné sa mort et due à un séjour prolongé au soleil. Il a été évacué vers la morgue de l’hôpital de Khemis Miliana.
Renseignements pris, il s’est avéré que le défunt était diabétique et atteint du syndrome d’Alzeïmer. Il est âgé de 76 ans et demeure à Hay Halaïmi à Khemis Miliana.

Source de l'article : cliquez-ici