Quand une chaîne saoudienne utilise le dossier du Sahara occidental pour faire...

Quand une chaîne saoudienne utilise le dossier du Sahara occidental pour faire pression sur le Maroc

59
SHARE

TSA
Quand une chaîne saoudienne utilise le dossier du Sahara occidental pour faire pression sur le Maroc

La position du Maroc par rapport à la crise diplomatique du Golfe suscite l’ire de l’Arabie saoudite. Hier mercredi, la chaîne saoudienne Al Arabya Al Hadath a diffusé un sujet sur le Sahara occidental, avec un contenu en rupture avec la position officielle de Riyad. « Le Sahara occidental est situé au sud du Maroc. Sa superficie est de 266 kilomètres carrés (…). Le gouvernement (marocain) le considère comme étant une terre marocaine qu’il a récupérée du colonialisme espagnol », explique la chaîne de télévision à ses téléspectateurs.

Pour plusieurs médias marocains, il s’agit d’une attaque contre « l’intégrité territoriale » du pays qui intervient après le communiqué du ministère marocain des Affaires étrangères où il affirme la « neutralité » de Rabat dans la crise du Golfe. Elle intervient également après l’annonce de l’envoi d’une aide alimentaire au Qatar présenté par le Maroc comme un geste de « solidarité et d’entraide entre peuples islamiques » qui n’a pas « de lien avec les aspects politiques de la crise entre le Qatar et d’autres pays frères ».

| LIRE AUSSICrise du Golfe : comment l’Arabie saoudite cherche le soutien des pays africains

L’Arabie saoudite faisait partie des principaux alliés du Maroc notamment sur le dossier du Sahara occidental occupé. Au lendemain de la visite de l’ex-secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, dans les territoires libérés du Sahara occidental en mars dernier, l’ambassadeur de l’Arabie saoudite avait annoncé le soutien de son pays à « l’intégrité territoriale » du Maroc et l’arrivée d’investisseurs saoudiens dans les principales villes du Sahara occidental.

Quand une chaîne saoudienne utilise le dossier du Sahara occidental pour faire pression sur le Maroc

Source de l'article : cliquez-ici