Sécurité routière Les recommandations de Mohamed Lazouni

Sécurité routière Les recommandations de Mohamed Lazouni

125
SHARE

Le président de l’association «Tarik Essalama», Mohamed Lazouni, a appelé hier à introduire l’«éducation routière» dans les programmes scolaires, déplorant que la loi de 1987 n’ait toujours pas trouvé de chemin vers l’application en raison de l’absence des textes d’application.

Younès Djama – Alger (Le Soir) – Intervenant hier à l’occasion de la présentation du bilan des activités opérationnelles de la Protection civile, Monsieur Prévention routière, ancien animateur d’une émission éponyme sur la télévision publique dans les années 1980 et 1990, a également critiqué le nouveau code de la route lequel, selon Lazouni, est inapplicable. D’autant que 22 lois sont sans textes d’application. «Chaque ministre vient avec sa loi, mais il faut savoir que trop de lois tuent la loi», a signifié M. Lazouni dont l’engagement en faveur de la prévention routière dure depuis une quarantaine d’années.

Et à propos de sécurité routière, Mohamed Lazouni a tenu à prodiguer quelques conseils de sécurité à l’adresse des automobilistes sujets à la somnolence. Selon ses estimations, entre 33 et 35% des accidents mortels sont dus à la l’endormissement au volant. Il suggère aux automobilistes notamment ceux effectuant des longs trajets, de se faire accompagner par un ami pour le seconder en cas de fatigue.
Aussi, Lazouni recommande aux automobilistes de s’arrêter chaque deux heures pour une pause d’un quart d’heure. La troisième recommandation est de se doter d’oreillettes anti-sommeil pour alerter le conducteur en cas d’envie de dormir.

Selon Mohamed Lazouni, le conducteur est «victime de l’ignorance de son formateur». Pour revenir au bilan de la Protection civile, couvrant la période entre janvier et avril 2017, le colonel Farouk Achour, chef de service de la communication à la Direction générale de la Protection civile (DGPC), a annoncé que le nombre de morts a baissé de 19% par rapport à la même période de l’année 2016. Année durant laquelle, le premier jour du Ramadhan avait enregistré 19 morts !

En effet, le bilan présenté hier fait ressortir que 554 personnes sont mortes sur les routes, 19 221 ont été blessées entre janvier et avril. Une baisse de -18% en comparaison avec l’année passée durant laquelle le nombre de morts avait été de 647 personnes. Une baisse qu’a saluée le représentant de la Protection civile. «Cela fait plusieurs années que nous n’avons pas connu ces résultats», a ainsi commenté Farouk Achour.
Depuis le début du mois de Ramadhan, la Protection civile a recensé 91 personnes décédées et 3 100 blessées dans des accidents. L’autoroute Est-Ouest continue d’enregistrer le plus grand nombre de pertes en vies humaines. Deux wilayas se distinguent : Blida avec 13 morts et Boumerdès 10 morts.

379 plages autorisées à la baignade
La Direction générale de la Protection civile à mis en place, depuis le 1er juin 2017, un important dispositif de sécurité au niveau des plages autorisées pour assurer la surveillance des baignades et la protection des estivants.
Ce dispositif couvre 379 plages autorisées à la baignade réparties à travers les 14 wilayas côtières, mobilisant un potentiel humain de 18 000 maîtres-nageurs-sauveteurs et plongeurs professionnels, a détaillé le colonel Farouk Achour.

Selon la même source, 379 plages ont été autorisées à la baignade cette année, tandis que 222 autres sont interdites «pour des raisons objectives», invitant les baigneurs à ne pas s’y hasarder.

Source de l'article : cliquez-ici