Algérie : création d’une Coordination nationale pour lutter contre la violence en...

Algérie : création d’une Coordination nationale pour lutter contre la violence en milieu universitaire

68
SHARE

Des représentants d’étudiants, d’enseignants et de professionnels du secteur de la Recherche scientifique ont annoncé samedi à Alger la création d’une Coordination nationale pour lutter contre la violence en milieu universitaire dans le cadre d’une initiative nationale ouverte à toutes les institutions, associations ou personnes s’intéressant au secteur.

L’Union générale estudiantine libre (UGEL), le Conseil national des enseignants du Supérieur (CNES) et la Fédération nationale de l’enseignement supérieur, de la culture et de l’information ont signé la « Charte d’honneur universitaire », considérée comme cadre référentiel de la Coordination nationale de la lutte contre la violence en milieu  universitaire.

Le coordonnateur national du CNES, Abdelhafid Milat, a indiqué, lors de son intervention au Forum du quotidien  « El-Hiwar » sur la « violence au sein de l’université algérienne », que la Coordination nationale  était « une initiative pour faire face à la violence » dans toutes ses formes au sein de l’université « où tous syndicats confondus (étudiants, enseignants et professionnels) collaborent pour la première fois dans l’histoire de l’université algérienne dans un seul cadre ».

M. Milat qui présidera ladite Coordination a souligné que « des antennes de la Coordination seront créées à travers toutes les universités du pays » pour « sensibiliser, détecter les cas de violence et intervenir », invitant l’administration à s’impliquer dans l’initiative qui sera ouverte aux différents syndicats, institutions et personnalités qui s’intéressent au  secteur.

Il a précisé, en outre, que ce nouvel organisme « sera chargé d’élaborer des chiffres exacts concernant les cas de violence physique et verbale », soulignant l’absence de chiffres officiels sur ce phénomène, alors que les chiffres officieux enregistraient quotidiennement « 3 cas de violence physique, soit près de 1.000 cas par an ».

De son côté, le Secrétaire général de l’UGEL, Salah Eddine Douadji, précise que la Charte d’honneur universitaire sera distribuée aux différents établissements universitaires pour être enrichie par la famille universitaire et les experts, estimant que « l’initiative des trois parties tend à faire sortir l’université de sa crise et de pallier le déséquilibre de coordination entre ses composants.

En expliquant les motivations « de la violence en milieu universitaire », la majorité des intervenants a convenu du manque de communication institutionnelle au sein de l’université et de l’impact de l’environnement intérieur et extérieur sur l’étudiant, l’absence de garde-fous pour faire face à ce phénomène ainsi que la surcharge des universités qui  accueilleront près de 2 millions d’étudiants la prochaine rentrée universitaire. Les représentants des syndicats ont accusé l’administration, tout en leur incombant la responsabilité de cette violence.

Après l’engagement des initiateurs de coordonner sur le terrain, Bachir Messaitfa,  ex ministre et expert en prospective, a suggéré de procéder à des réformes fondamentales dans le secteur de la Recherche scientifique, de réviser le système d’évaluation, et d’installer des cellules vigilantes au niveau des universités tout en appliquant les formules de dissuasion juridique.

Source de l'article : cliquez-ici