Chutes, brûlures, intoxications, chocs…: Hausse sensible du nombre d’accidents domestiques depuis le...

Chutes, brûlures, intoxications, chocs…: Hausse sensible du nombre d’accidents domestiques depuis le début du Ramadhan

92
SHARE

Durant le mois de Ramadhan le nombre d’accidents domestiques connaît une hausse. Chutes, chocs , brûlures, intoxications, ingestions de produits caustiques, électrocutions… des accidents qui prennent, de plus en plus, d’ampleur, durant ce mois sacré. Viennent, en tête de liste, les brûlures. Les médecins de l’EHS Canastel tirent la sonnette d’alarme et saisissent cette occasion pour sensibiliser le citoyen aux risques encourus par les accidents domestiques qui sont en augmentation durant le mois du Ramadhan, notamment en raison de la forte concentration de travail à l’approche du ‘f’tour’. Même si le nombre d’enfants victimes de brûlures a connu une baisse sensible, il n’en demeure pas moins que le service des UMC de cet établissement reçoit au quotidien des enfants brûlés».

Les cas de brûlures, notamment d’enfants, augmentent durant le mois de Ramadhan, surtout avant la rupture du jeûne où la plupart des accidents domestiques surviennent par manque de vigilance.4 à 5 enfants victimes d’accidents domestiques sont reçus quotidiennement. Ce qui est important, aussi, à savoir est que les victimes sont souvent des enfants en bas âge (52%). Selon le communiqué de la protection civile « Il faut faire attention aux dernières minutes, avant la rupture du jeûne, en déplaçant les repas chauds et brûlants ainsi que l’huile de friture ». Durant la dernière semaine, du mois sacré le nombre des cas augmente quand la majorité des ménagères passent une grande partie de la journée à préparer les gâteaux de l’Aid.

Les fours et les huiles peuvent être fatals pour les enfants, en bas-âge. Pour éviter un maximum d’accident il ne faut jamais laisser un enfant, sans surveillance, de ranger les objets tranchants (couteaux) hors de portée des enfants. Il a, également, conseillé de tourner les manches des casseroles vers l’intérieur des cuisinières, de ne jamais laisser la ‘tabouna’ (four) accessible.

Toujours, selon les spécialistes, la majorité de ces tragédies surviennent, dans les foyers de familles démunies, du fait qu’elles occupent, souvent, des habitations de fortune, souvent dans des bidonvilles. Ces baraques sont démunies de toutes commodités relatives aux raccordements et équipements électriques ou de gaz. Ces équipements mettent en danger les enfants puisqu’ils sont à la portée de leur curiosité et de leur envie de tripotage. En cas d’accident, en attendant la prise en charge par les services des urgences, les spécialistes recommandent de passer la brûlure sous l’eau du robinet pendant une quinzaine de minutes afin d’atténuer la douleur et surtout d’éviter d’appliquer du dentifrice sur la plaie car cela, a-t-il prévenu, ne fera que l’aggraver.

Source de l'article : cliquez-ici