Importation de véhicules neufs : vers une année blanche ?

Importation de véhicules neufs : vers une année blanche ?

1161
SHARE

 

L’Algérie va-t-elle importer des véhicules neufs en 2017 ? En visite hier à Aïn Defla, le ministre du Commerce Ahmed Saci n’a fixé aucune date pour l’attribution des licences d’importation de voitures. Selon l’agence officielle, il a juste indiqué que la commission chargée d’étudier ces dossiers n’a pas achevé son travail et que ses résultats seront rendus publics au cours « des prochaines semaines ».

Ce retard fait désormais planer le risque d’une année blanche pour les importations de véhicules. « Il n’y aura pas de licences cette année », pense le patron d’un concessionnaire, représentant d’un constructeur européen. « Il y a des usines de montage qui ont commencé à produire et vu les difficultés financières du pays, le gouvernement ne va pas autoriser l’importation de voitures », argumente-t-il.

 

Avec les usines de montage de Renault (60.000 unités), Volkswagen (12.000 unités) et Hyundai (30.000 unités), l’Algérie pourrait produire cette année, plus de 100.000 véhicules particuliers. Les besoins en véhicules utilitaires seront couverts en partie par l’usine Mercedes de l’armée, celle de Hyundai à Batna et d’Iveco près d’Alger.

Pour les concessionnaires qui n’ont pas lancé d’usines de montage, même si le gouvernement délivre des licences rapidement – en juillet -, cela ne signifie pas la fin de la crise. « Généralement, les mois de juillet et d’août sont des périodes de vacances où les usines tournent au ralenti. Il faudrait attendre septembre pour passer les commandes. Après, tout dépendra de la disponibilité des véhicules et des lignes de production qui sont généralement réservées à l’avance », explique un autre concessionnaire.

« Si les véhicules sont disponibles chez le constructeur, ce qui est rarement le cas, il faut compter entre 30 et 45 jours, pour les importer. Sinon, les délais sont généralement de trois à quatre mois, entre la commande et la réception de la marchandise. Donc, si vous commandez en septembre, il faudrait attendre la fin de l’année ou le début de l’année, pour réceptionner les véhicules », développe notre interlocuteur.

En 2016, les licences d’importation de véhicules ont été délivrées début mai et certains concessionnaires ont attendu jusqu’à début 2017 pour recevoir les voitures.

Outre le problème des délais, les concessionnaires seront confrontés cette année à la baisse drastique des quantités de véhicules à importer et qui ne devraient pas dépasser 28.000 unités.

Confrontée à la chute des prix du pétrole, l’Algérie veut réduire ses importations de 10 à 15 milliards de dollars en 2017. Parmi les postes gros consommateurs de devises, l’automobile figure en haut du tableau, avec des importations qui ont culminé à plus de cinq milliards de dollars en 2012, avant de chuter à 1,2 milliard de dollars en 2016.

Source de l'article : cliquez-ici