Lucas Alcaraz, laissons-lui le temps !

Lucas Alcaraz, laissons-lui le temps !

95
SHARE

Encore inconnu du public Algérien il y a quelques semaines, Lucas Alcaraz est le nouveau patron de la sélection Algérienne. Un mélange de talent, de longévité, d’impressionnantes statistiques et de rigueur qui font de lui l’homme providentiel qu’attendait l’Algérie depuis si longtemps.

 

Par Badis Diab, Directeur Général du cabinet Galactik France (leader Français du conseil et de l’accompagnement des footballeurs).

 

Le 13 avril dernier était nommé le technicien espagnol Lucas Alcaraz à la tête de la sélection Algérienne. Après la désillusion George Leekens, il fallait impérativement reconstruire la sélection nationale sur de nouvelles bases solides. C’est ainsi que Lucas Alcaraz, encore inconnu du public Algérien, est arrivé.

Un parcours et des statistiques impressionnantes

 

Si sa réputation reste à construire en Algérie, son talent quant à lui est indéniable, et les chiffres parlent pour lui. En effet, depuis 23 ans, Lucas Alcaraz n’a connu aucune période d’inactivité, ce qui est rare pour être souligné.

23 années de stabilité, de rigueur et de résultats positifs au sein des différents clubs où il a travaillé, du Recreativo Huelva au Racing Santander passant par Cordoba, Grenada ou Levante. Une régularité impressionnante au sein du championnat de football le plus développé au monde, la Liga Espagnol.

Voilà ce que l’Algérie avait besoin, un entraineur expérimenté au plus haut niveau mondial, régulier chaque année et habitué à instaurer une rigueur de travail adéquate aux exigences du plus haut niveau.

Plus de 623 matchs professionnels au plus haut niveau et des statistiques impressionnantes, les chiffres parlent pour lui et le place au devant des meilleures techniciens actuellement en poste sur le continent Africain. Ajoutez à cela moins de 37% de défaites en carrières, ce qui souligne une régularité de travail impressionnante à ce niveau là.

La patience, vertu de la réussite

 

Si Alcaraz est un entraîneur de haut niveau, il va sans dire qu’il a besoin de temps afin de façonner la sélection nationale à son image. Face à ce type de technicien, habitué à instaurer un système de jeu complet sur la durée, la fédération algérienne avec à sa tête le talentueux Khereddine Zetchi, vont devoir faire preuve de patience, à l’image de la fédération Française qui à attendu plus de 4 ans avant de voir Didier Deschamps emmener la France en final d’une compétition majeur, il va falloir instaurer un rapport de confiance avec le nouveau technicien, lui laisser un champ d’activité vaste pour lui permettre de travailler sereinement, et au vue de son parcours il n’y aucun doute sur le fait que plus Lucas Alcaraz travaillera dans les meilleures conditions, plus notre sélection aura de chance d’atteindre ses objectifs.

La première signature Lucas Alcaraz s’appelle Youcef Attal, le talentueux latéral du Paradou qui a littéralement explosé aux yeux du grand public. Nul doute que d’autres surprises nous attendent.

La fédération Algérienne va devoir faire preuve d’auto-discipline, de rigueur, de patience, elle va devoir résister à la pression médiatique et populaire qui continue d’attendre des résultats et des trophées, si Rome ne s’est pas construite en un jour, il faudra du temps à l’Espagnol pour apporter des résultats, mais au bout du tunnel soyez sans craintes, la vie et le parcours de Lucas Alacaraz nous promettent une chose :

L’Algérie retrouvera le trône qui est le sien, au sommet du football Africain.

L’article Lucas Alcaraz, laissons-lui le temps ! est apparu en premier sur Algérie Part.

Source de l'article : cliquez-ici