Application en juin du mode de financement islamique: Des crédits bancaires sans...

Application en juin du mode de financement islamique: Des crédits bancaires sans taux d’intérêt

75
SHARE

Le lancement d’octroi des crédits à la consommation se basant sur la finance islamique, à savoir avec 0% de taux d’intérêt, se fera par l’ensemble des banques publiques et privées à compter de la fin du mois de juin ou au plus tard au début juillet de l’année en cours.

Bénéficier de prêts bancaires sans intérêts… Ce sera prochainement possible! En effet, le président de l’Association des banques et des établissements financiers, Boualem Djebbar a souligné que le lancement d’octroi des crédits à la consommation se basant sur la finance islamique, à savoir avec 0% de taux d’intérêt, se fera par l’ensemble des banques publiques et privées à compter de la fin du mois de juin ou au plus tard au début juillet de l’année en cours.

Il a en outre affirmé dans des déclarations au journal Ennahar, que ce projet est actuellement en phase d’achèvement au niveau de toutes les banques et qu’il ne reste plus que les dernières retouches, ajoutant que cette méthode vise essentiellement le financement des projets d’investissements et d’exploitation. Ceci dit, de nombreuses banques ont fait part de leur volonté de donner la priorité au financement de logements au profit des citoyens ainsi qu’aux crédits à la consommation. Ainsi, les banques achèteront le produit pour enfin le revendre au client, explique la même source. Pour ce qui est du remboursement, le paiement se fera par versements échelonnés.
Il est d’ailleurs prévu que les différentes banques publiques achètent des usines pour faire profiter les investisseurs désireux de créer des moyennes et petites entreprises. Ces derniers pourront par la suite rembourser par le procédé déjà cité. Ce type de remboursement qui sera appliqué pour la première fois en Algérie, fait partie de la liste des prêts dits islamiques, sur lesquels comptent les autorités publiques pour la diversification et la relance de l’économie du pays.

Intervenant de la même manière, des particuliers procéderont à l’achat de logements au profit des citoyens. Leurs fonds seront restitués à travers la location en échange et fixer des délais de longue durée, en plus d’équiper ces habitations des différents appareils électroménagers nécessaires. Par ailleurs, Boualem Djebbar a évoqué l’état d’avancement du projet du paiement électronique qui concerne les clients de l’Algérienne des eaux, de la Société nationale de l’électricité et du gaz (Sonelgaz) et ceux d’Algérie poste, révélant que seulement un million cinq mille Algériens s’acquittent de leurs factures d’eau et d’électricité par le biais d’Internet. Selon lui, ce chiffre reste minime à l’heure où les banques aspirent justement à avoir des milliers de clients. Pour ce qui est du paiement par carte bancaire dans les grands espaces commerciaux, le même responsable a affirmé que l’association des banques et des établissements financiers a pu distribuer plus de 12.000 appareils électroniques. Un nombre qui est appelé à augmenter après des sorties et des appels que la société compte effectuer auprès des différents commerçants.

Ce type de financement relève de la finance islamique, elle est fondée sur les principes de la religion islamique. Se basant sur deux piliers qui sont; l’interdiction de l’intérêt ou la (ribah) et la responsabilité sociale de l’investissement (interdiction de la spéculation «maysir»). Cette finance est destinée à tous ceux et celles qui veulent investir dans un logement, une entreprise ou autres activités tout en respectant les valeurs humaines.
Le lancement de crédits bancaires en Algérie, basés sur cette méthode, a été annoncé par le ministère des Finances en novembre. Le département avait souligné qu’elle était destinée aux investisseurs et aux particuliers, pour l’acquisition des biens de consommation et les biens immobiliers.

Source de l'article : cliquez-ici