Attal : «J’ai réussi mes tests au Real Betis et mon départ...

Attal : «J’ai réussi mes tests au Real Betis et mon départ vers la Liga est sur la bonne voie»

72
SHARE

Le nouveau joueur de l’EN et la star du Paradou AC, Youcef Attal, nous a accueilli chez lui à Mechtras à Tizi Ouzou. Le joueur en question est revenu au cours de cet entretien sur plusieurs sujets tels que ses débuts avec les Verts face à la Guinée et le Togo, sa blessure, ainsi que son avenir qui pourrait être du côté du Real Betis.

D’abord, on voudrait en connaître un peu plus sur votre blessure et sur la durée de votre indisponibilité des terrains…
Dieu merci, ma blessure n’a rien de méchant. Après avoir effectué des tests médicaux, le médecin m’a accordé une période de repos de 21 jours. Je reprendrai progressivement par la suite le chemin des entraînements. Le plus important pour moi est que j’ai pu éviter l’opération.
Malgré cette blessure, vous aviez pu terminer la première mi-temps. Comment avez-vous donc fait pour tenir bon sur le terrain pendant environ vingt minutes ?
Croyez-moi, je n’avais pas senti l’intensité des douleurs. J’ai même pu terminer la première mi-temps. Peut-être que cela était dû à ma volonté. Je voulais continuer à aider mon équipe face au Togo surtout qu’il s’agissait d’un match important pour nous. Ce n’est qu’une fois dans le vestiaire que les douleurs se sont accentuées et j’ai été alors contraint de sortir. Après avoir été informé par le coach de mon incapacité de terminer le match, j’ai été tellement déçu au point de verser des larmes. J’ai été déçu car je voulais tellement aller au bout de cette rencontre, et aider mon équipe à remporter ce match face au Togo. Je voulais également prouver mes qualités surtout qu’il s’agissait de mon premier match officiel en sélection.
Revenons à votre expérience en sélection, attendiez-vous à vivre de telles sensations en si peu de temps avec l’EN ?
Sincèrement non. Parfois il m’arrive de croire que je vis  un rêve. Je ne suis qu’à mes débuts. J’ai réussi l’accession avec le PAC. Il est vrai que je m’attends à porter un jour le maillot national, mais pas assez rapidement. En plus de ça,  j’ai pu participer à un match officiel en sélection. Je remercie Dieu pour tout cela et je n’oublie pas également de remercier tous ceux qui m’ont fait confiance.
Comment avez-vous trouvé l’ambiance au sein du groupe et votre intégration au sein du groupe ?
L’ambiance est bon enfant au sein du groupe. Je remercie tous les joueurs qui ont facilité mon intégration en sélection. D’ailleurs, je ne me suis jamais senti nouveau au sein du groupe tellement l’ambiance est parfaite entre les joueurs.
Qui vous a facilité le plus votre intégration en sélection ?
Ramy Bensebaïni parce que c’est mon ami. Il se mettait là avant moi en sélection et a su comment faire pour me faciliter l’intégration dans le groupe.

Quel a été votre sentiment en jouant titulaire face au Togo et surtout en écoutant l’hymne national avant le début du match ?
C’est un sentiment spécial et particulier de disputer votre premier match en sélection. Je ne vous cache pas que j’avais la chair de poule en écoutant l’hymne national et surtout en entendant le public du stade Tchaker scander mon nom. Sincèrement, jamais je n’oublierai ce que j’ai vécu face au Togo.
Et quel a été votre sentiment lorsque le public a scandé votre nom ?
Je ne vous cache que je ne m’attendais pas du tout à ce que le public scande mon nom. J’avais vraiment la chair de poule. Le soutien du public m’a donné plus de confiance. Lorsque le public a scandé mon nom, je voulais dribler tout le monde et marquer un but tellement j’étais heureux.
Ne craignez-vous pas de prendre la grosse tête après avoir mis tout le monde dans la poche que se soit le public, le staff technique et même les spécialistes ?
Jamais je ne ferai la grosse tête car je sais d’où je viens. Je sais également que je suis encore loin d’avoir réussi mes objectifs. Un chemin encore très long m’attend. Je dois encore travailler très dur pour atteindre le top niveau.
Vous avez joué dans le même couloir que Mahrez face au Togo. Peut-on savoir ce que Mahrez vous a dit avant le match ?
Mahrez m’a beaucoup motivé avant le match. Il m’a dit «joue comme tu a l’habitude de le faire en club», il m’a demandé de défendre tranquillement et de dribler quand l’occasion se présente devant moi. Il m’a dit aussi : «Ne mets aucune pression supplémentaire sur toi. Tant que vous avez été sélectionné, c’est ce que vous avez beaucoup de qualités. J’ai confiance en vous.»
Quel est le joueur qui vous a motivé le plus ?
C’est Carl Medjani qui m’a motivé le plus, puisqu’il s’est réuni seul avec moi. Il m’a souhaité bonne chance avant le match du Togo et m’a dit que si le coach vous a titularisé aujourd’hui, cela veut dire que j’ai beaucoup de qualités. Le discours de Medjani m’a fait beaucoup de bien, surtout qu’il s’agit d’un joueur cadre de la sélection.
Que vous a-t-il dit le capitaine, Mbolhi ?
Mbolhi m’a demandé de rester calme et de faire confiance à soi-même. Son discours m’a également motivé avant cette rencontre.
Bensebaïni, qui est un ami à vous, a joué avec vous en défense. Quel a été son discours envers vous avant la rencontre ?
Bensebaïni n’a pas cessé de parler avec moi tout au long de la rencontre avant de me faciliter mon intégration dans la rencontre. Je remercie Ramy qui m’a beaucoup aidé avant et pendant ce match.
Et que vous a dit le sélectionneur national, Alcaraz après le match ?
Le sélectionneur a voulu se rassurer d’abord sur ma blessure. Il m’a par la suite félicité de ma prestation et de mon rendement face au Togo. Il m’a assuré qu’il ne s’est pas trompé en m’accordant sa confiance.
Et peut-on savoir ce que le président de la FAF, Zetchi vous a dit après le match ?
Le président de la FAF, Zetchi m’a félicité pour ma prestation fournie face au Togo. Il état très content de la victoire arrachée devant cette équipe, qui nous permet de bien aborder ces éliminatoires de la CAN-2019.
On croit savoir que vous n’aviez joué qu’une seule fois au poste d’arrière droit avec le PAC. Comment vous vous êtes retrouvé à ce poste en sélection face au Togo ?
Certes, je confirme votre information. Je n’ai joué qu’une seule fois au poste d’arrière droit avec le PAC. Mon poste de prédilection est sur le couloir gauche que ce soit en défense ou en attaque. Mais comme je suis un joueur pro, je peux évoluer dans n’importe quel poste. Je suis prêt à jouer là où le coach me demande de jouer. A ma connaissance, je n’ai pas été mauvais sur le flanc droit en sélection.

 Et comme le savez-vous, l’EN a un grand problème dans poste de latéral droit ces dernières années…
Je sais. Et cela m’avait mis une pression supplémentaire sur les épaules. Car je n’avais pas le droit à l’erreur. J’ai joué sous une forte pression. J’espère être encore meilleur à l’avenir inch’Allah.
En parlant de progression, cela passe sans doute par une expérience pro en Europe, n’est-ce pas ?
Evidemment. C’est d’ailleurs mon prochain objectif, à savoir jouer en Europe afin de progresser davantage, inch’Allah. Je sais que pour garder ma place en sélection, je dois alors évoluer en permanence dans le haut niveau.
Parlez-nous de vos essais effectués au Real Bétis ainsi qu’au Deportivo la Corogne…
J’ai longtemps attendu de faire de tels essais. Dieu merci, je les ai réussis que ce soit au Real Bétis ou au Deportivo la Corogne.
Avez-vous donné le meilleur de vous-même au Real Bétis ?
Assurément, j’ai donné le meilleur de moi-même avec le Real Bétis. J’ai été positionné par le coach au poste d’arrière droit lors d’un match et au poste d’arrière gauche au match suivant.  
La presse espagnole a révélé que vous êtes proche de rejoindre le Real Bétis…
J’ai également eu vent de ces informations. Je sais que les choses sont sur la bonne voie. Mon agent m’informera au moment opportun de ces détails.
Cela veut dire que vous allez jouer aux côtés d’Aïssa Mandi au Real Bétis…
(Il rit franchement). Je ne sais pas, mais c’est ce que je souhaite, inch’Allah. Je serai heureux d’évoluer aux côtés de Mandi, lui qui m’avait beaucoup aidé avant de subir des essais au Real Bétis.
Certaines sources ont également évoqué l’intérêt du RC Lens pour vous…
Je n’ai pas la moindre information sur ce sujet.
Notre consultant à El Heddaf Tv, Ali Bencheikh vous a beaucoup encensé. Qu’avez-vous à dire là-dessus ?
Je remercie Bencheikh qui m’a toujours soutenu dans ma carrière. Et là, je vais vous dévoiler un truc.
Lequel ?
J’ai suivi l’émission «Belmekchouf» sur El Heddaf tv avant le match face au Togo. Et j’ai pris en considération le conseil que m’avait donné Bencheikh. Il m’avait demandé de pénétrer dans la surface adverse et de prendre mes responsabilités en driblant mes adversaires. J’ai suivi ses conseils et j’ai failli même inscrire un but après s’être infiltré dans la surface adverse. Je voudrais également ajouter une chose.

Evoquons à présent votre expérience avec la JSK et vos débuts dans ce club…
Mes débuts en football n’étaient pas avec la JSK. Toutefois, la JSK reste le club de mon cœur. Je suis fier d’avoir porté ses couleurs. J’ai joué en cadet ainsi qu’en junior avec la JSK. Malheureusement, mon expérience à la JSK fut de courte durée.
Pourquoi avez-vous quitté la JSK en 2014 ?
J’ai quitté la JSK en 2014 parce que ses dirigeants ne m’ont pas assuré les bonnes conditions pour y rester. Je faisais la navette chaque jour de Mechtras à Tizi Ouzou. Je faisais une heure de route chaque jour. Mon père souffrait beaucoup pour m’aider à faire le déplacement. Malgré ça, je nourrissais de grands espoirs pour briller à la JSK.
Mais pourquoi avoir quitté le club ?
Mon père avait demandé aux responsables de la JSK de me trouver un endroit pour rester à Tizi Ouzou et éviter les déplacements de tous les jours. Les dirigeants du club ont refusé sa demande. J’ai donc quitté le club et j’ai rejoint le PAC avec lequel j’ai pu réaliser de belles choses et je suis heureux d’avoir atteint mon niveau actuel. Je remercie tous ceux qui m’ont aidé, du garde matériel jusqu’au président.
Mais vous restez malgré tout un supporter de la JSK, n’est-ce pas ?
Evidemment. Je suis un fils de la région. La JSK est dans mon cœur. J’ai été peiné de voir la JSK souffrir la saison dernière et attendre les ultimes journées du championnat pour assurer son maintien. J’espère que la JSK va revenir à son meilleur niveau la saison prochaine et remporter inch’Allah des titres.
 

Source de l'article : cliquez-ici