Energies renouvelables: le CDER en discussion avec des opérateurs pour industrialiser des...

Energies renouvelables: le CDER en discussion avec des opérateurs pour industrialiser des prototypes de recherche

102
SHARE

Le Centre de développement des énergies renouvelables (CDER) a engagé des discussions avec des industriels nationaux pour transformer des produits de recherche qu’il a développés à une échelle industrielle, a indiqué mercredi son directeur général,  Noureddine Yassaa, lors d’une rencontre organisée à l’occasion de la journée du Solstice.

Des opérateurs économiques ont manifesté leur intérêt à l’industrialisation de prototypes produits par le CDER, selon M. Yassaa qui  a cité un contrat qui est en phase de discussion avec une entreprise nationale pour la généralisation du chalumeau à hydrogène renouvelable.

Il a cité également le cas d’un autre industriel algérien intéressé par l’industrialisation d’un prototype de production de biodiesel fonctionnant à l’énergie solaire qui sert à transformer les huiles usagées et les huiles des plantes oléagineuses en biocarburants.

Cet opérateur active actuellement dans la collecte des huiles de fritures en Algérie pour les filtrer et les exporter vers la Tunisie où le produit est transformé en biodiesel que ce pays exporte vers l’étranger.

D’autres prototypes produits à base de matériaux et de systèmes locaux « séduisent les industriels », selon M. Yasaa: « Notre objectif est de faire émerger l’industrie nationale à travers la transformation de ces produits de recherche à grande échelle ».

Par rapport aux années précédentes, « nous constatons qu’il y a plus d’intérêt exprimé par les partenaires socioéconomiques, vu que nous sommes en phase d’accélération de la mise en œuvre du programme des énergies renouvelables en plus de l’ »existence d’une politique d’intégration nationale », a-t-il poursuivi.

Outre ces négociations de contrats, le centre a conclu en 2016 une vingtaine de contrats et de conventions avec le secteur socioéconomique portant notamment sur la formation, les études d’évaluation, la coopération scientifique et technologique.

Le bilan fait état aussi de la publication de 166 travaux scientifiques au niveau international indexé dans les meilleures bases de données telles que Scopus, un record jamais atteint auparavant par le centre, d’après le même responsable.

En terme de réalisations technologiques, une attention particulière a été donnée à la réalisation de démonstrateurs dans le domaine des énergies renouvelables durant l’année 2016.

Il a cité la réalisation par les chercheurs de l’unité de Ghardaïa d’une mini-tour solaire à concentration, la première du genre en Algérie.

Cette centrale qui sera opérationnelle prochainement consiste à produire de la vapeur à travers la concentration des rayonnements solaires.

Cette réalisation est considérée comme étant un premier pas vers l’exploitation de l’énergie solaire thermique en Algérie dans la production d’électricité à l’horizon 2021.

Il s’agit également de la réalisation d’une centrale photovoltaïque à concentration de 30 kw, qui va aider les chercheurs à étudier la faisabilité et la rentabilité de cette technologie dans les conditions climatiques du pays.

Le centre a réalisé aussi au titre de l’année 2016 une mini-centrale de production électrique avec un système de poursuite du soleil.

Cette invention sera un laboratoire à ciel ouvert pour les études et recherche en matière d’énergies renouvelables.

Le séchoir solaire type serre à grande échelle destiné à sécher les déchets des usines, et la maison solaire intelligente à basse consommation énergétique et le vélo à hydrogène figurent également parmi les réalisations du centre au titre de l’année 2016.

Par ailleurs, lors de cette rencontre, le CDER a attribué les Prix des meilleures réalisations technologiques à cinq équipes de recherche.

La première équipe a réalisé une nouvelle éolienne à axe vertical, la deuxième pour la réalisation d’une mini-tour solaire à concentration, la troisième pour un conservateur médical solaire mobile à accumulation de froid qui sert à conserver les médicaments notamment dans les zones du sud et éloignées.

Le quatrième Prix a été attribué à des chercheurs ayant développé un dispositif pilote autonome de production de bio-alcool et bio-diesel, et le cinquième pour l’invention d’un chalumeau à hydrogène renouvelable.

Un Prix de la qualité de la production scientifique a été décerné au professeur El Madjid Berkouk de l’Ecole nationale polytechnique d’Alger ainsi qu’un prix d’encouragement à une association pour sa promotion des énergies renouvelables.

Source de l'article : cliquez-ici