Constantine – Le parcours du cheikh Benbadis revisité

Constantine – Le parcours du cheikh Benbadis revisité

95
SHARE

Mardi soir, les gens qui étaient venus à l’Office des établissements de jeunesse (ODEJ) pour assister au lancement de la première édition du «Forum constantinois», le deuxième volet de la manifestation «Houna Qacentina», organisé depuis le début du Ramadhan dans des lieux fétiches de la ville, n’ont certainement pas perdu leur temps. Beaucoup furent alléchés par le titre de la conférence du docteur Abdallah Boukhalkhal sur «le parcours de Abdelhamid Benbadis: un autre regard sur Cheikh». Et on peut dire qu’ils ont été servis. En effet, la conférence, qui était très riche en nouveautés, très documentée, a suscité beaucoup de débats, notamment sur la dimension de l’imam réformateur et la place centrale qu’il avait tenue sur la question nationale, son influence sur le mouvement associatif musulman de l’époque, Benbadis et la presse écrite, etc. Et la nouveauté était constituée par des documents inédits sur Abdelhamid Benbadis que le conférencier est allé chercher jusqu’au Centre islamique mondial de l’université américaine de Virginie. Et il a trouvé une documentation abondante sur l’imam Benbadis qui dépasse de loin celles de tous les autres savants de l’islam (cheikh Abdou, El-Afghani, etc). Entre autres, un document très rare constitué d’un texte que notre imam a élaboré en 1937 et représentant une véritable constitution politique composée de 13 articles réglementant, selon la vision de Benbadis, l’exercice du pouvoir civile en pays musulman. Texte qu’il a intitulé «La Constitution du pouvoir politique en Islam», dont Boukhalkhal a distribué une copie à chacun des participants au forum.

Sans exagération aucune, le débat fut d’une grande richesse et, globalement, les assistants parmi lesquels on remarquait la présence d’intellectuels connus, tel que Abdelmadjid Merdaci, professeur d’université, étaient plutôt satisfaits. Invité à faire un commentaire sur cet évènement, car c’en était vraiment un pour ce mois de Ramadhan, ce dernier s’est félicité tout d’abord de l’initiative des organisateurs, l’association Numidi-Arts et les Editions du Champ Libre. «Ces deux partenaires nous proposent depuis le début du Ramadhan un nouvel espace de rencontres qui était absolument nécessaire à Constantine qui était orpheline de débats. Cette initiative annonce, d’une certaine façon, les prémices du retour de Constantine, avec ses femmes, avec ses hommes, avec ses compétences au sein de l’intelligentsia algérienne.

Et on ne peut que s’en féliciter». En plus, ajouta le professeur Merdaci, moi j’ai trouvé que c’est une bonne idée de programmer en ce moment précis un débat sur le cheikh Abdelhamid Benbadis, surtout après la polémique suscitée par le dernier film réalisé sur le personnage et son parcours.

Source de l'article : cliquez-ici