Formation au permis de conduire: Les gérants des auto-écoles demandent l’unification des...

Formation au permis de conduire: Les gérants des auto-écoles demandent l’unification des tarifs

86
SHARE

L’Organisation nationale des auto-écoles ONAE réclame désormais, l’unification des tarifs de formation au permis de conduire. Cette décision a été prise, lors d’une rencontre régionale tenue, il y a quelques jours, dans la wilaya de Mascara et regroupant tous les bureaux des auto-écoles de l’Ouest affiliés à l’organisation, a indiqué, hier, son président M. Yagoubi Ibdrahim.

En effet, le collectif demande à ce que les tarifs appliqués pour l’obtention du permis de conduire toutes catégories confondues soient les mêmes, au niveau national. Une disposition qui, selon lui, mettra un terme à la concurrence déloyale et autres pratiques contraires à l’exercice de l’activité. La corporation propose, également, une augmentation des frais pour l’obtention du permis de conduire autrement dit revoir à la hausse le prix de la formation en fixant le prix des permis de conduire catégorie B à 40.000 DA hors taxes. Toutes ces propositions ont été déjà faites en 2016 au ministre des Transports, a conclu notre interlocuteur.

Dans un communiqué de l’organisation, celle-ci rappelle le rôle et les missions des auto-écoles depuis l’indépendance et souligne qu’elles sont marginalisées et n’ont jamais bénéficié d’avantages, de la part du ministère des Transports. Dans ce registre, le président souhaite que les propositions faites par l’organisation soient retenues par le ministère.

«Cette augmentation entrera en vigueur une fois l’arrêté concernent l’uniformisation des tarifs, signé par les pouvoirs publics», a noté M. Yagoubi. Rappelons que la corporation a émis, plusieurs propositions concernant la décision du ministre des Transports de réduire le nombre de candidats devant être formés pour l’obtention du permis de conduire. Lors d’une réunion tenue en début d’année, à Bouira, les gérants des auto- écoles affiliés à l’ONAE ont proposé 80 candidats avec une moyenne de 40, tous les 15 jours, au lieu de 15 par mois, telle que fixée par le ministre.

Même constat pour le nombre des dossiers des candidats devant être traités par les gérants des auto-écoles. Le ministère les fixe à 30 dossiers au lieu de 60, une autre disposition qui risque d’avoir ses répercussions sur l’activité des auto-écoles. D’autres propositions ont été également, avancées à l’exemple de l’âge, où le ministère propose la tranche de 25 ans pour l’obtention de la catégorie poids lourds alors que l’organisation nationale des auto-écoles recommande l’âge de 21 ans. Notons que l’organisation compte plus de 20.000 adhérents et couvre 41 wilayas.

Source de l'article : cliquez-ici