L’action de la police tributaire du civisme: L’apport indispensable du citoyen

L’action de la police tributaire du civisme: L’apport indispensable du citoyen

67
SHARE

L’apport du citoyen à la sécurité de la collectivité est d’une importance telle que la police reconnait que sans le concours du citoyen, l’institution policière ne pourrait accomplir sa mission.

Le commissaire principal et directeur du musée de la police, Abdelkrim Chawki, a signalé, hier, lors du forum de la sûreté nationale, l’importance d’une collaboration entre les citoyens et les forces de l’ordre pour une meilleure prestation. «La dénonciation est une chose très importante que le citoyen doit adopter pour aider les agents de police dans leur mission. Car les policiers ne peuvent rien faire à eux seuls», a affirmé M. Chawki. «Même dans le Coran, c’est mentionné que le fait de ne rien dire en voyant une chose qui nuit aux personnes et au pays signifie l’acceptation du crime», ajoute-t-il. Ainsi, le directeur du musée a signalé que chaque personne qui dénonce un crime ou une chose qui nuit à la société est en train de faire son devoir religieux, mais aussi aide le pays à punir tous ceux qui le détruisent.

Pour lui, ce geste permet à la police d’intervenir à temps sur les lieux. De la sorte, un seul appel peut être la cause de la survie d’une personne innocente. À ce sujet, le commissaire a salué l’important rôle que joue le citoyen dans la stabilité de l’Algérie. «Les grands efforts déployés par les forces de police lors de ces dernières années ont permis de faire régner l’ordre dans le pays. Ainsi, les résultats d’aujourd’hui illustrent ces efforts», précise-t-il. La police met à la disposition des citoyens un numéro joignable afin d’être efficace et rapide lors de ses interventions. En fin d’allocution M.Chawki a appelé tous les éléments de la police à redoubler d’efforts afin d’accomplir leur devoir.

Dans la réalité, les citoyens sollicitent l’action de la police, certes, mais sont déçus par une recrudescence de la criminalité qui fait que certaines rues soient infréquentables et le nombre d’agressions en augmentation. Les dépôts de plainte sont nombreux. Les descentes policières sont organisées régulièrement, mais les fauteurs de troubles ne sont pas toujours inquiétés du fait de la non-dénonciation. C’est cet aspect que la direction générale de la sûreté nationale évoque pour appeler les citoyens à aider la police dans sa mission de protection des biens et des personnes. Certains citoyens expliquent l’absence de dénonciation par ce qu’ils qualifient de «largesses» accordées par la justice aux récidivistes. «Des récidivistes arrêtés pour agression sont libérés le lendemain. Les policiers et les citoyens sont donc déçus et évitent de dénoncer les auteurs d’infractions, ce qui favorise le sentiment d’insécurité», diront de nombreux citoyens.

Source de l'article : cliquez-ici