Université Djilali-Bounaâma De Khemis Miliana Sit-in pour dénoncer le meurtre du Pr...

Université Djilali-Bounaâma De Khemis Miliana Sit-in pour dénoncer le meurtre du Pr Karaoui

51
SHARE

De nombreux professeurs, cadres administratifs de l’Institut de Droit et des autres Instituts, étudiants du campus, et même certains venus de l’université Hassiba-Benbouali de Chlef se sont rassemblés hier en milieu de matinée devant le rectorat pour dénoncer le meurtre abject du Pr de Droit international privé, Karaoui Serhane, lâchement assassiné dans la soirée de lundi dernier à Tipasa.

Au cours du rassemblement, il y a eu des prises de parole pour dénoncer vigoureusement ce crime mais aussi pour parler de l’homme, de l’enseignant, de l’éducateur, du père de famille qu’était le défunt, âgé de 44 ans, père d’une fillette, en attente d’une seconde paternité au cours de ce mois

Selon les témoignages unanimes recueillis sur le campus, le professeur était depuis ses débuts à l’Université de Khemis Miliana soit en 2005, au côté de son épouse, enseignante dans le même institut. Il était connu de tous pour sa droiture, son dévouement à son métier auquel il croyait et qu’il exerçait comme un sacerdoce, son respect de la discipline, son sens aigu de l’intégrité et de la justice dans l’appréciation du travail et de l’effort de ses étudiants et sa probité morale et intellectuelle. Quel est ou quels sont les vrais mobiles à l’origine de ce meurtre ? A ce sujet, en l’absence de déclaration officielle émanant des instances concernées, les spéculations mettant à profit le vide dans le domaine de l’information, chacun y va de sa version et de ses analyses, de ses «vérités» non attestées de ces allégations ?

Son ou ses assassins sont-ils réellement des étudiants de Khemis Miliana ? Sont-ils seulement des étudiants ? A-t-il été assassiné à Tipasa même ou bien ailleurs et son corps déposé devant la cage d’escalier de cette cité ?
On a fait courir le bruit qu’il aurait surpris des étudiants en train de tricher lors d’un examen, quelque temps avant sa mort. Peut-on penser un moment que le niveau moral de nos étudiants soit descendu aussi bas pour conduire certains d’entre eux à commettre ce meurtre inqualifiable ? Si tel est le cas, ce serait vraiment triste, trop triste même.

Source de l'article : cliquez-ici