Bernard Emié, nouveau patron des servies français : est-ce une bonne nouvelle...

Bernard Emié, nouveau patron des servies français : est-ce une bonne nouvelle pour l’Algérie ?

2903
SHARE
 La désignation de Bernard Emié, ambassadeur de France à Alger depuis 2014, à la tête de la DGSE, le service de renseignement extérieur de la France, suscite toujours un vif débat à Alger. Si certaines sources sécuritaires affirment qu’elle a été bien accueillie en Algérie, d’autres sources rapportent que cette nouvelle provoque un véritable malaise au sommet de l’Etat algérien. 
Officieusement, au niveau du Département de Surveillance et de Sécurité – DSS – dirigé par le général Bachir Tartag, qui préfère selon nos informations  travailler avec des militaires, voit l’arrivée de ce diplomate chevronné d’un bon œil, a-t-on appris de plusieurs sources proches de son entourage.
Et pour cause, pur produit de la chiraquie, Bernard Émié connait bien le monde arabo-musulman et sa complexité. Ancien ambassadeur en Jordanie, au Liban et en Turquie, il a eu à gérer de multiples crises.
Lors de son passage à Alger, il a assisté à la mise à l’écart du général Taoufik Mediène et à son remplacement par le général Tartag. Il est également au fait de toutes les subtilités des luttes internes au pouvoir algérien, et a su se maintenir à distance des différents clans. Un atout majeur pour celui qui devient le « bras armé » de la diplomatie résolument offensive d’Emmanuel Macron.
Cependant, dans les cercles proches du ministère de la Défense nationale, Bernard Emié inspire la méfiance. Le chef de l’Etat-major Ahmed Gaid Sahal et Bernard Emié ne s’appréciaient guère selon nos sources. Et le diplomate français n’avait pas cessé de qualifier, dans ses rapports confidentiels remis à l’Elysée, le chef de l’ANP comme l’une des figures du courant “anti-français” à Alger.
Pendant trois années, Bernerd Emié a engrangé une précieuse expérience à Alger. Il a disposé du temps nécessaire pour tisser ses réseaux et comprendre le fonctionnement des dirigeants algériens. “Il connait les points faibles et les qualités redoutables de ses homologues algériens. Et c’est un atout qui va beaucoup peser lorsqu’il va négocier avec nous les délicats dossiers de la sécurité en Libye, au Sahel et les échanges de renseignements dans la lutte contre le terrorisme”, confie enfin un haut gradé d’une division des services secrets algériens selon lequel il faudra faire preuve d’une grande vigilance face à la “roublardise” du nouveau patron de la DGSE.

L’article Bernard Emié, nouveau patron des servies français : est-ce une bonne nouvelle pour l’Algérie ? est apparu en premier sur Algérie Part.

Source de l'article : cliquez-ici