Enquête. “Galileo”, ce système de surveillance de pointe que l’Algérie voulait acquérir...

Enquête. “Galileo”, ce système de surveillance de pointe que l’Algérie voulait acquérir pour espionner tous ses citoyens

1392
SHARE
La société italienne Hacking Team, basée à Turin en Italie, a été créée en 2003 par Valeriano Bedeschi et David Vincenzetti, elle est spécialisée dans la vente de logiciels et d’outils de sécurité à destination des institutions gouvernementales.
Hacking Team a développé des logiciels offensifs puissants permettant dans certains cas aux services de sécurité de contrôler et d’attaquer des ordinateurs ciblés distants.
Le système de contrôle (Remote Control Systems )au nom de code Da Vinci est un des outils proposés par cette firme, il est capable de visualiser sur n’importe quel ordinateur une fois infecté : les fichiers ouverts, consultés, fermés, les sites visités, les touches tapées sur votre clavier mais également les documents imprimés, les Emails et les messageries instantanées, la VOIP comme Skype, Whatsup, Viber, Twitter et même prendre contrôle de votre caméra et de votre micro pour espionner l’environnement, et ceci que votre ordinateur, sous environnement Mac – Linux ou Windows, soit sur internet ou pas !
Cela ne s’arrête pas là puisque ce système est également valable pour les smartphones donnant accès à l’historique d’appel, liste de contacts, messageries emails, sms, mms, interceptions d’appels, localisation GPS, chat, …. Qu’ils soient sous Android, IOS, Blackberry ou Windows phone.
Les outils développés par cette entreprise sont installés en exploitant des failles logicielles de grandes entreprises comme Google, Microsoft et en y injectant des virus et autres chevaux de Troie. L’installation peut également être faite physiquement par un CD, une clé USB…
Nous donnons ici un exemple réel. Le 6 mai 2015 un représentant du gouvernement kenyan a demandé à cette société spécialisée dans les logiciels sophistiqués d’espionnage, d’intervenir pour mettre hors d’usage ou dégrader le site Kahawa Tungu à travers lequel ont été révélés des actes de corruption impliquant le gouvernement kenyan.
Les emails ont été identifiés par le nom de domaine (kensi.org) et qui émanaient tous d’un certain Eric MWANGI, membre du département de cyber-sécurité à la présidence kenyane. Loin d’être un cas isolé, d’autres pays ont eu à utiliser les services de Hacking Team pour surveiller l’activité de ses citoyens parmi eux l’Egypte, le Maroc, la Tunisie, l’Ethiopie, l’Angola ou le Soudan.
Notre pays, l’Algérie,  a essayé également d’acquérir ce système de surveillance de pointe. Il y a de cela deux années, le 02 Juillet 2015, des emails ont été échangés par un Algérien dénommé Kamel FOUGHALI de l’entreprise KCS international basée en Espagne, dotée d’un capital de 3010 euros, et la société Hacking Team comme l’ont révélés les archives de Wikileaks et que nous mettons à votre disposition.
Dans ces emails Mr FOUGHALI déclarait avoir contacté la police algérienne pour du matériel de surveillance afin de leur offrir la nouvelle et puissante plateforme logicielle : Galileo, la dernière version du logiciel de surveillance façonné par les italiens.
Le correspondant de la société Hacking Team, en la personne de de Emad SHEHATA a proposé une rencontre à Alger pour y faire la démonstration de l’offre de surveillance à nos services de sécurité, comme il a proposé à l’entreprise de Kamel FOUGHALI de signer un accord de principe et de non-divulgation.
D’après certaines déclarations, il existerait également en Algérie une société : KCS International, dont le siège Social serait sis au  Lot 1 et 2, Cité Branci, Route Nationale N°5, Zone Industrielle, Rouiba, Alger, Contact: Kamel Foughali  Email :k.foughali@yahoo.fr
 
Au delà du débat sur la protection des données personnelles et de la vie privée de chacun qui doit être cadré par la loi et scrupuleusement déclaré et contrôlé par un juge, ce cas précis soulève de nombreuses questions.
En quoi nos services de sécurité ont-ils besoin d’un intermédiaire pour du matériel aussi sensible???
Si cette personne a été mandatée par nos services de sécurité, pourrions-nous savoir sur quelles bases ont- ils porté leurs choix sur une entreprise basée en Espagne et dotée d’un capital de 3010 euros ? Remplie-t-elle tous les critères nécessaires à la participation à un appel d’offres ?
La rémunération d’agents intermédiaires sur des marchés publics est, pourtant, interdite et échappe également au fisc Algérien lorsque les commissions reversées par les fournisseurs sont transférées à l’étranger.
Tant de questions qui resteront sans réponses et pourraient alimenter les suspicions de corruption et de marges occultes. Nous retrouvons la même personne en tant qu’intermédiaire sur d’autres marchés publics sur lesquels nous reviendrons dans nos prochaines éditions.

L’article Enquête. “Galileo”, ce système de surveillance de pointe que l’Algérie voulait acquérir pour espionner tous ses citoyens est apparu en premier sur Algérie Part.

Source de l'article : cliquez-ici