L’Algérie pays de transit des produits contrefaits chinois

L’Algérie pays de transit des produits contrefaits chinois

1601
SHARE

 

L’Algérie est un pays de transit des biens de contrefaçon chinois, selon un rapport de l’OCDE et de l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle.

Ce rapport, publié vendredi 23 juin, étudie la provenance et les points de transit du commerce de produits de contrefaçon dans le monde pour la période 2011-2013.

Ce commerce a représenté un montant de  461 milliards de dollars en 2013 et a correspondu à 2,5% du commerce mondial, selon l’étude. Si la contrefaçon touche tous les continents, c’est la Chine qui en est le premier producteur mondial, loin devant les autres pays que sont l’Inde, la Thaïlande, la Turquie, la Malaisie, le Pakistan et le Vietnam.

L’Algérie est un point de transit pour plusieurs types de biens de contrefaçon produits en Chine et destinés principalement à être exportés vers l’Union européenne (UE). Il s’agit de produits alimentaires, de cosmétiques et de parfums, de vêtements, de chaussures, ainsi que de lunettes de soleil et d’équipements optiques, photographiques et médicaux. Ces produits sont transportés principalement par voie maritime, les voies aérienne et terrestre étant parfois utilisées pour le transport des vêtements et des chaussures. 

Selon le rapport, l’Algérie est le neuvième exportateur vers l’UE de composants électroniques et équipements électriques, avant le Maroc et après la Turquie, le Nigéria, l’Égypte, la Thaïlande, les Émirats arabes unies, Singapour et la Chine. L’ex-Empire du Milieu étant le premier exportateur mondial de ces produits.

Toutefois, précise le rapport, cette indication ne permet pas de déterminer si le pays est producteur ou non, et l’identification d’économies sources éventuelles n’a pas pu être effectuée, aucune donnée n’étant fournies à ce sujet par les douanes du pays. 

Le passage des biens de contrefaçon par des points de transit permet de camoufler leur origine via la falsification de documents, l’établissement de centres de distribution pour ces biens et leur ré-emballage et ré-étiquetage. En plus, les biens en transit sont de moins susceptibles d’être contrôlés par les autorités locales. 

Le Maroc et la Tunisie sont quant à eux cités non seulement comme points de transit des mêmes biens de contrefaçon que ceux qui concernent l’Algérie, mais aussi comme l’un des premier pays producteurs de produits contrefaits. Le Royaume de Mohamed VI produit des parfums, des cosmétiques, des vêtements, des chaussures et des articles et sacs en cuir, tandis que la Tunisie produit des aliments et articles en cuir.

Concernant les produits pharmaceutiques de contrefaçon, l’Inde est le premier pays producteur, devant la Chine. Ces produits transitent notamment via le Yémen, les Émirats arabes unies et l’Iran et sont ensuite amenés par bateau vers l’Afrique subsaharienne, et par voie postale vers l’UE et les États-Unis. Parmi les médicaments de contrefaçon saisis par les autorités, on retrouve des traitements du HIV, de la malaria et du cancer. 

La Chine et Hong Kong (Chine) totalisent à eux deux 80% des saisies des produits contrefaits effectuées par les autres pays du monde entre 2011 et 2013. À travers le monde, 62% saisies réalisées par les autorités concernent des produits transportés par voie postale. Suivent les produits transportés par voie aérienne (20% des saisies) et maritime (9%). Cependant, en termes de quantités et de valeur des produits transportés, le rapport indique que c’est la voie maritime qui permet de transporter des biens en plus grande quantité et pour des valeurs plus importantes.

Source de l'article : cliquez-ici