MCA-ESS ce soir à 22 h 30 au stade Hamadi : peur...

MCA-ESS ce soir à 22 h 30 au stade Hamadi : peur sur la ville ?

747
SHARE

Tous les ingrédients pour un match à hauts risques sont là pour cette deuxième demi-finale de coupe d’Algérie, prévue ce soir à 22h 30 au stade Omara Hamdi, entre le Mouloudia d’Alger et l’Entente de Setif.

Et pour cause !

A priori, le nouveau président de la FAF, Kheirdine Zetchi, semble rater une à une des occasions propices à asseoir son autorité en face du ‘’footballistiquement incorrect’’, voire l’ineptie tout court.

Celle de brûlante actualité, liée à cette sacro-sainte domiciliation des rencontres.

De ce point de vue, MCA-ESS au stade Bologhine, de petites capacité, s’apparente à l’aberration de l’année, tant le club le plus populaire charrie des centaines de milliers de fans pour la seule Capitale, sans prendre encore en considération les supporters de l’ESS en plein ascendant après son sacre en championnat.

Les responsables du football, à leur tête Zetchi, n’ont pas eu la poigne qu’il fallait pour infléchir toutes ces ‘’starlettes sur télés populistes’’ qui font office de présidents de club, en imposant la voie à suivre quand il s’agit de l’intérêt du football national.

Faut-il seulement le souligner ? MCA-ESS va bien au-delà d’une simple rencontre et constitue des pans d’histoire et des lots considérables de palmarès pour arriver à ne faire, aujourd’hui, que l’objet de sordides desseins des Ghrib ou des Hamar.

Les peurs ont commencé hier vendredi, avec la vente des billets au niveau du stade du 5 juillet et dont l’opération, liquidée en 30 minutes a consigné heurts et blessures par armes blanches.

Toute cette faune qui se pressait aux guichets n’était pas forcément mue par des considérations sportives. Les inévitables spéculateurs étaient là. D’autres émergeront aujourd’hui samedi, pour écouler des billets qu’ils auront eu toute latitude de scanner en 48 heures.

Devant le spectre d’un tel chaos, on a prévu, pour le pire, d’ouvrir les portes du stade Hamadi à 14 h00 en plein ramadhan. C’est dire un peu que si l’on voulait allumer une guerre, on ne ferait pas mieux !

A la veille de l’Aïd, les responsabilités seront grandes en cas de dérapages et ce sera à la FAF, semblant plus préoccupée par ses petites affaires internes actuellement, de les assumer entièrement

Source de l'article : cliquez-ici