Quand le documentaire « le Maroc vu du ciel » se transforme...

Quand le documentaire « le Maroc vu du ciel » se transforme en outil de propagande du Makhzen

1285
SHARE

TSA
Quand le documentaire « le Maroc vu du ciel » se transforme en outil de propagande du Makhzen

La chaîne de télévision publique française France 2 a diffusé, jeudi 22 juin, le documentaire « le Maroc vu du ciel ». Réalisé par Yann-Arthus Bertrand, le documentaire qui avait pour but de présenter la splendeur et la richesse du Maroc s’est très rapidement transformé en opération de propagande en faveur des autorités marocaines, avec comme point d’orgue la présentation du Sahara occidental occupé comme étant partie intégrante de l’État marocain.

Près de cinq minutes du documentaire sont exclusivement consacrés au Sahara occidental, où les villes de Laâyoune et Dakhla sont notamment présentées. Le narrateur, le journaliste franco-marocain Ali Baddou, s’extasie ainsi devant « le développement fulgurant » qu’a connu la capitale du Sahara occupé, Laâyoune. « L’ancien petit campement de l’époque coloniale est devenu le principal centre urbain des provinces du Sud. La population y a plus que doublé en quarante ans », avance-t-il.

« Autour de la grande place du Méchouar, la ville s’est agrandie avec ses infrastructures, ses banques, ses administrations et ses entreprises. Comment imaginer qu’à la place de cette ville en plein désert il n’y avait encore récemment que des traces de passage de tribus nomades », s’époustoufle le narrateur, affirmant en outre que « partout de grands chantiers sont lancés pour développer l’économie de la région ».

« Le Maroc attend que sa souveraineté sur le Sahara soit entérinée », finit par déclamer Ali Baddou. À aucun moment le documentaire ne mentionne le sort du peuple sahraoui, à l’évidence difficile à jauger là-haut dans le ciel…

« Le Maroc vu du ciel » s’en va ensuite à présenter les progrès « spectaculaires » qu’a connu la région dans le développement de son agriculture. « Cette agriculture aux techniques ultramodernes fait surgir des tomates en plein cœur du désert », vante le documentaire, reprenant des arguments tout droit tirés des éléments de langage du gouvernement marocain. Au sujet de Dakhla, Ali Baddou s’émerveille des scènes « futuristes » que représentent… les scènes de kitesurf où viennent, des quatre coins du monde, les « sportifs et passionnés de cette discipline ».

Sans surprise, le documentaire a provoqué un tollé auprès des associations soutenant le peuple sahraoui. Le président de la Coordination européenne des comités de soutien au peuple sahraoui, Pierre Galand, a notamment protesté auprès de la chaîne publique France 2 pour avoir diffusé « un film de propagande du gouvernement marocain qui tente de présenter le Sahara occidental comme territoire marocain, carte et interventions du journaliste à l’appui ». « En présentant ce documentaire, qui est partisan, vous contribuez à nuire gravement aux intérêts et aux droits du peuple sahraoui », a dénoncé Galand, dans des propos cités par l’agence officielle APS.

Par ailleurs, dans un article consacré au documentaire, Le Figaro rappelle que le réalisateur Yann-Arthus Bertrand « a préféré négliger les bidonvilles, banlieues en clapiers et littoral bétonné. Il n’évoque pas non plus les murs antimigrants au Nord et militaires au Sud. Il n’a pas tourné au-dessus des champs de cannabis qui découpent le Rif en espaliers sur des milliers d’hectares. Il a enfin évité les cars de touristes qui s’enkystent en grappes au pied des dunes de Merzouga ». 2,7 millions de personnes ont regardé « le Maroc vu du ciel » au moment de sa diffusion en France.

Quand le documentaire « le Maroc vu du ciel » se transforme en outil de propagande du Makhzen

Source de l'article : cliquez-ici