Des sièges d’APC fermés par les manifestans: Bouira : le logement...

Des sièges d’APC fermés par les manifestans: Bouira : le logement de la discorde

71
SHARE

À Guerrouma, à Taghzout ou à Ouled Rached, les manifestants, qui ont procédé, hier, à la fermeture des sièges des APC de ces localités, évoquent, entre autres, la distribution des logements. Ainsi, plusieurs dizaines de citoyens de la commune de Guerrouma (55 km à l’ouest de Bouira) ont fermé, durant la matinée d’hier, le siège de l’APC, afin de s’insurger contre leurs conditions de vie qu’ils qualifient de misérables, et de réclamer la distribution des 50 logements sociaux.

Ainsi, c’est vers 10h qu’une centaine de citoyens en colère ont encerclé le siège de la mairie, voulant rencontrer à tout prix leur maire, ainsi que le chef de daïra de Lakhdaria, dans le but de leur exposer leurs préoccupations. Ces dernières consistent, selon les manifestants, en la mise en place d’un plan d’aménagement pour leur bourgade, la réhabilitation du réseau routier, la réfection du réseau AEP et la dotation de bus de transport public et scolaire.

Selon les protestataires, le dernier plan en date remonte à 2012, quand les autorités locales de l’époque avaient annoncé d’importants travaux avec un montant qui avoisinait les 80 millions de dinars. Cela étant, ces travaux n’ont finalement rien changé. Cette bourgade végète toujours dans l’insalubrité, l’insécurité et la misère. Par ailleurs, les protestataires se sont dit las d’attendre la distribution effective des 50 logements sociaux, dont la listes des bénéficiaires a été affichée en février 2016. À Taghzout et à Ouled Rached, les manifestants ont procédé aussi à la fermeture des sièges des mairies des deux localités. C’est la distribution des logements sociaux au niveau des communes qui a suscité une grande indignation chez les populations. Des citoyens ont procédé, donc, hier matin, à la fermeture du siège des deux APC.

Ils dénoncent l’attribution des logements sociaux à des personnes propriétaires de villas, des commerçants et des salariés dont la fiche de paye dépassent les 24 000 DA. Les protestataires dénoncent les élus et en particulier les maires qui siègent au niveau des commissions de daïra d’attribution de logements sociaux. “Le P/APC est le premier responsable de cette situation. Il connaît parfaitement la situation sociale de chaque citoyen.

Il est le premier magistrat de la commune. Il doit être neutre”, déclare un citoyen de la commune d’Ouled Rached rencontré sur les lieux. Au niveau de la commune de Taghzout, les citoyens sont revenus à la charge, hier, en fermant le siège de la commune. Ils exigent l’annulation pure et simple de la liste et l’envoi d’une commission de wilaya pour faire la lumière sur les dépassements de la commission de daïra, tout en pointant du doigt le maire, qui “a privilégié ceux qui ont des biens et a éliminé les pauvres qui vivent dans des semblants de logements, les orphelins sans ressources et ceux qui travaillent dans le cadre du filet social”, dénoncent-ils.

Source de l'article : cliquez-ici